Présidentielle en Iran : le second tour opposera le réformateur Masoud Pezeshkian et l'ultraconservateur Saïd Jalili

Sur 14 élections présidentielles organisées depuis la révolution islamique de 1979, une seule s'est jusqu'à présent décidée au second tour, en 2005.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des Iraniens votent à l'élection présidentielle, à Téhéran, le 28 juin 2024. (MORTEZA NIKOUBAZL / NURPHOTO / AFP)

"Aucun des candidats n'a pu obtenir la majorité absolue des voix" au premier tour de l'élection présidentielle en Iran, a déclaré samedi 29 juin devant la presse le porte-parole du service des élections au ministère de l'Intérieur, Mohsen Eslami. Au lendemain de l'élection présidentielle, les candidats réformateur Masoud Pezeshkian et ultraconservateur Saïd Jalili se sont qualifiés pour le second tour, qui aura lieu le 5 juillet.

Sur 14 élections présidentielles organisées depuis la révolution islamique de 1979, une seule s'est jusqu'à présent décidée au second tour, en 2005.

Quel que soit le résultat, l'élection devrait avoir des répercussions limitées. En effet, en Iran, le président a des pouvoirs restreints : il est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, qui est le chef de l'Etat.

L'enjeu de la participation

Cette élection a été organisée dans la hâte après la mort du président conservateur Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère, le 19 mai. Elle est suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran, poids lourd du Moyen-Orient, est au cœur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux pays occidentaux.

Samedi matin, les autorités n'ont encore donné aucun chiffre sur la participation. La plus haute autorité de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, avait appelé vendredi les électeurs à "prendre le vote au sérieux et à y participer". Mais dans ce pays de 85 millions d’habitants, dont 60% ont moins de 30 ans, beaucoup de jeunes sont désabusés : la répression contre le port du voile obligatoire, la censure au quotidien et l’absence de perspective professionnelle ont sonné les illusions de beaucoup d’entre eux.

Ainsi, de nombreux opposants, notamment ceux de la diaspora, ont quant à eux appelé au boycott du scrutin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.