Mort du général Soleimani : la France appelle l'Iran à éviter toute "escalade militaire susceptible d'aggraver" l'instabilité régionale

Emmanuel Macron s'est entretenu dimanche avec son homologue américain, Donald Trump, et lui a fait part de "son entière solidarité avec les alliés", a indiqué l'Elysée.

Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse à Abidjan (Côte d\'Ivoire), le 21 décembre 2019.
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 21 décembre 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Trois jours après la mort du général iranien Qassem Soleimani, Emmanuel Macron s'est entretenu avec le président américain, Donald Trump, a indiqué l'Elysée, dimanche 5 janvier. Le président français a assuré son homologue américain de "son entière solidarité avec les alliés". Il a aussi "exprimé sa préoccupation concernant les activités déstabilisatrices de la force Al Qods sous l'autorité du général Qassem Soleimani" et "rappelé la nécessité que l'Iran y mette maintenant un terme".

>> Retrouvez les dernières informations sur la situation en Iran et en Irak dans notre direct

Le président a marqué "la détermination de la France à travailler aux côtés de ses partenaires régionaux et internationaux à l'apaisement des tensions". Il a réaffirmé que, selon lui, "la priorité devait aller à la poursuite de l'action de la coalition internationale contre Daech, dans le plein respect de la souveraineté de l'Irak, pour sa sécurité et pour la stabilité régionale".

Dimanche, les dirigeants allemand, français et britannique se sont accordés pour œuvrer à la désescalade au Moyen-Orient. "La chancelière (Angela Merkel), le président français (Emmanuel Macron) et le Premier ministre britannique (Boris Johnson) ont convenu de travailler ensemble pour réduire les tensions dans la région", a déclaré un porte-parole du gouvernement allemand, après qu'Angela Merkel s'est entretenue par téléphone avec Emmanuel Macron et Boris Johnson.