Iran : un léopard attaque un policier et sème la panique dans une ville du nord du pays

Le département chargé de l'environnement de la province enquête pour savoir si l'animal est entré dans la ville de Ghaemshahr depuis des zones boisées ou s'il vivait illégalement chez des habitants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration. Un léopard errant a semé la panique à Ghaemshahr (Iran), le 24 avril 2022. (MAXPPP)

Un léopard a attaqué dimanche 24 avril au matin un policier et a semé la panique chez les habitants d'une ville du nord de l'Iran avant d'être capturé, ont rapporté les médias locaux. L'animal "a attaqué et blessé un policier avant de s'enfuir vers un jardin" dans la ville de Ghaemshahr, a rapporté à l'agence officielle Irna le porte-parole de la protection de l'environnement de la province de Mazandaran, Kamyar Valipour. "L'état de santé du policier n'inspire pas d'inquiétude", a-t-il ajouté.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre un léopard se tenant sur le rebord d'une enseigne de banque. Peu après, paniqué, l'animal saute à terre et s'enfuit. Des habitants, terrifiés, courent dans tous les sens en criant, d'après les images. Le léopard a ensuite été capturé et transporté vers la zone protégée de Semeskandeh, dans la même région, a précisé Irna. Selon Kamyar Valipour, le département chargé de l'environnement de la province enquête pour savoir si l'animal est entré dans cette ville de 175 000 habitants depuis des zones boisées ou s'il vivait illégalement chez un résident de la localité.

Selon Hamchahri (article en persan), quotidien de la mairie, de nombreux animaux sauvages, notamment des loups et des renards, ont été observés ces dernières semaines dans des zones urbaines en Iran. Le journal fait notamment état de la présence d'un ours dans la ville de Marvdasht et d'une attaque de loup sur deux femmes âgées à Khalkhal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.