Iran: il y a 38 ans la révolution islamique

Le 10 février 2017, les Iraniens célébraient le 38e anniversaire de la révolution islamique. Retour en images sur les événements qui ont précédé l'arrivée au pouvoir des mollahs. Notamment le départ, le 16 janvier 1979, du shah d’Iran et le retour d'exil de l'ayatollah Khomeiny.

Photo datée du 16 janvier 1979 du shah d\'Iran, et son épouse Farah marchant vers l\'avion qui les emmène en exil vers l\'Egypte après le retour triomphal de l\'ayatollah Khomeiny.
Photo datée du 16 janvier 1979 du shah d'Iran, et son épouse Farah marchant vers l'avion qui les emmène en exil vers l'Egypte après le retour triomphal de l'ayatollah Khomeiny. (AFP)

Sous les clameurs de la foule, il est accueilli à Assouan par le président égyptien Anouar el-Sadate. Mohammad Reza Pahlavi déclare, les larmes aux yeux, qu’il ne sait pas quand il retournera en Iran et ajoute que l’avenir du pays se trouve entre les mains du peuple. Tandis que dans sa grande tristesse, le shah méditait sur les erreurs de gouvernance qui avaient freiné le développement de sa patrie, à Téhéran, la foule hurlait sa joie pour ce départ et scandait le nom de Khomeiny.
 
A Téhéran, la fuite du shah est acclamée par la foule …

Trois jours après le départ du shah, plusieurs millions de manifestants défilent en réclamant l’instauration d’une république islamique ainsi que la démission du premier ministre Chapour Bakhtiar et du conseil de régence.
 

 
Retour sur cette journée de liesse populaire ...


Peu de temps après le retour du Guide suprême de la Révolution, se pose la question de l’unité populaire en Iran. Comment, après le départ du shah, cette unité sera-t-elle maintenue par Khomeiny qui détient dorénavant tous les pouvoirs ?

«Vive la révolution du peuple iranien». C’est par ces mots que la télévision ouvre ses programmes le 11 février 1979.
 
Le film des évènements qui suivirent le retour de Khomeiny …

En attendant qu'une nouvelle constitution soit élaborée, l'Imam Khomeiny s'attache à détruire les structures du régime impérial pour construire une république totalement islamique en s'appuyant sur la grande majorité des chefs religieux chiites, sur les Gardiens de la Révolution et sur une grande partie de la population iranienne. Malgré tout, à sa mort en 1989, Khomeiny laisse en héritage à l’Iran un système sclérosé, une situation économique désastreuse, et une société avide de changement.