Inde : Alleppey, Venise sous les tropiques

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Reportage à l’autre bout du monde, à Alleppey, considérée comme la petite Venise indienne. Il n’y a pas de route, seulement des dizaines de kilomètres de canaux, on circule là-bas en barque.
Inde : Alleppey, Venise sous les tropiques Reportage à l’autre bout du monde, à Alleppey, considérée comme la petite Venise indienne. Il n’y a pas de route, seulement des dizaines de kilomètres de canaux, on circule là-bas en barque. (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Berbey, M. Boyer, J. Samuel; A. Forget
France Télévisions
France 2
Reportage à l’autre bout du monde, à Alleppey, considérée comme la petite Venise indienne. Il n’y a pas de route, seulement des dizaines de kilomètres de canaux, on circule là-bas en barque.

Dans un camaïeu de vert, elle apparaît comme un entrelacs de canaux. Dans le sud-ouest de l’Inde, Alleppey est surnommée la Venise indienne, une Venise tropicale avec ses rizières bordées de cocotiers et ses bateaux de bambous. Un matin, une famille indienne embarque pour 24 heures de croisière. À l’intérieur, un aménagement tout confort qui vaut à ces embarcations le surnom de "bateau-maison". Naviguer sur les eaux calmes d’Alleppey, c'est faire l’éloge de la lenteur. Loin de l’agitation des grandes métropoles indiennes, ces marées naturelles regorgent de petits villages enclavés, traversés uniquement par des canaux.

Plus de 170 000 habitants

Pour la famille, originaire des montagnes dans le nord du pays, c’est une première. "C’est vraiment magnifique et très différent de ce que l’on voit chez nous, c’est apaisant de voyager comme ça", a affirmé la mère de famille. Le tourisme s’est fortement développé dans cette région agricole aux rizières immergées sous le niveau de la mer. Alleppey compte aujourd’hui plus de 170 000 habitants, un réseau de villages traversé par des dizaines de kilomètres de canaux sur lesquels se côtoient au quotidien pêcheurs, vendeurs ambulants et simples résidents. À leurs extrémités, les canaux se jettent dans la mer d’Arabie par laquelle, au 13e siècle, Marco Polo serait arrivé à Alleppey et l’aurait surnommée "Venise d’Orient". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.