VIDEO. Grèce : arrêt de la privatisation du port du Pirée

La privatisation du principal port de Grèce a été arrêtée par le gouvernement d'Alexis Tsipras, nouvel homme fort du pays.

FRANCE 2

C'est l'une des premières mesures du gouvernement d'Alexis Tsipras. C'est aussi une décision symbolique : l'arrêt de la privation du port du Pirée.
Le port du Pirée est l'un des plus grands ports de la Méditerranée, symbole d'une puissance grecque déchue, mais toujours objet de toutes les convoitises. Depuis cinq ans, le drapeau chinois flotte sur deux des trois terminaux. Le port est déjà en partie racheté par un consortium chinois.
"On a fait passer la capacité du port de 1,3 million à 1,6 million de conteneurs", explique l'actuel directeur du port, qui regrette cet arrêt. Le groupe chinois a obtenu la gestion du port pour une durée de 35 ans.

"Depuis cinq ans, on avait la peur au ventre"

Dans le terminal grec du port, l'annonce de cet arrêt de privatisation est bien perçu. "On démarre le boulot avec le sourire. Depuis cinq ans, on avait la peur au ventre : soit d'être rachetés par des étrangers, soit perdre notre travail", déclare un docker grec. La Chine, de son côté, demande à la Grèce de respecter ses contrats signés.

Le JT
Les autres sujets du JT