Méditerranée orientale : nouvelles menaces turques envers la Grèce à la veille de manœuvres militaires

"Ils vont comprendre que la Turquie est assez forte politiquement, économiquement et militairement pour déchirer les cartes et les documents immoraux", a déclaré Recep Tayyip Erdogan samedi, faisant allusion à des zones maritimes que la Grèce et Chypre considèrent comme leurs zones économiques exclusives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le navire de recherche sismique turc "Oruç Reis", en Méditerranée orientale, le 20 août 2020.  (TURKISH NATIONAL DEFENSE MINISTRY / HANDOUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les tensions persistent entre Ankara et Athènes. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a émis de nouvelles menaces envers la Grèce, samedi 5 septembre, à propos des tensions en Méditerranée orientale, à la veille de manœuvres militaires au large de Chypre.

La Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l'Otan, se déchirent à propos de gisements d'hydrocarbures en Méditerranée orientale, depuis que la Turquie y a envoyé le 10 août un navire d'exploration sismique accompagné de navires de guerre.

"Ils vont comprendre que la Turquie est assez forte politiquement, économiquement et militairement pour déchirer les cartes et les documents immoraux", a déclaré le dirigeant turc, faisant allusion à des zones maritimes que la Grèce et Chypre considèrent comme leurs zones économiques exclusives.

Ils vont comprendre, soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain via d'amères expériences.

Recep Tayyip Erdogan

lors d'une allocution télévisée

"La Turquie et le peuple turc sont préparés à toute éventualité et à toute conséquence", a-t-il poursuivi. L'armée turque va démarrer dimanche cinq jours de manœuvres militaires en République turque de Chypre du Nord, une entité reconnue uniquement par la Turquie, ont indiqué des responsables militaires turcs.

Prospection dans une zone riche en hydrocarbures

L'Otan avait annoncé cette semaine que les dirigeants grec et turc avaient accepté d'engager des "pourparlers techniques" pour prévenir tout nouvel incident entre leurs marines respectives. Mais la Grèce avait ensuite démenti être prête à participer à des discussions, poussant la Turquie à accuser Athènes de refuser le dialogue. La Grèce et Chypre accusent la Turquie de violer leur souveraineté en menant des forages d'exploration dans leurs eaux.

"La Turquie est prête à toute forme de partage (des ressources en hydrocarbures), du moment qu'il est équitable", a encore déclaré samedi Recep Tayyip Erdogan. 

Depuis le 10 août, Ankara a déployé le bateau sismique Oruç Reis et une escorte de navires de guerre turcs pour prospecter une zone riche en hydrocarbures, au large de l'île grecque de Kastellorizo et à 2 km des côtes turques. La Turquie prospecte également dans les eaux de la République de Chypre, pays de l'UE qu'elle ne reconnaît pas depuis la partition de l'île en 1974.

Fin août, la tension est montée d'un cran quand les deux pays ont effectué des manœuvres militaires rivales, la Turquie avec les Etats-Unis puis avec la Russie, la Grèce avec la France, Chypre et l'Italie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.