La Grèce ne veut pas rompre avec l'Europe

Émilie Quéno est en direct d'Athènes, après la victoire annoncée du "non" au référendum.

FRANCE 3

Dimanche 5 juillet, le "non" est sorti victorieux du référendum voulu par le Premier ministre grec. La population a refusé les conditions du plan d'aide dictées par les créanciers européens. Un résultat important pour le pays.


"Pour Alexis Tsipras c'est clair, il retourne à la table des négociations dès demain avec un mandat, continuer avec l'Europe et non pas rompre avec elle", assure Émilie Quéno. "Mais les choses même si elles paraissent simples ne le sont pas en réalité. D'abord parce que les Grecs ne savent pas comment vont réagir leurs créanciers face à cette nouvelle donne, et puis parce que vous savez l'urgence ici, c'est de rétablir le système bancaire. Les banques sont fermées depuis une semaine, et je peux vous dire que tous les gens qui font la fête ce soir, ils ont bien ça en tête : 'Est ce qu'il y aura de l'argent liquide la semaine prochaine ?", poursuit la journaliste.

Une longue journée à venir

Se pose également la question de la dette. Alexis Tsipras a bien l'intention de la mettre sur la table. "La nuit s'annonce longue à Athènes, mais la journée de demain risque de l'être encore plus", conclut l'envoyée spéciale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme fête la victoire du \"non\" au référendum grec, place Syntagma, à Athènes, dimanche 5 juillet 2015. 
Une femme fête la victoire du "non" au référendum grec, place Syntagma, à Athènes, dimanche 5 juillet 2015.  (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)