Gérard Filoche : "Le PS doit s'inspirer de Syriza"

Membre du bureau national du PS, Gérard Filoche était à Athènes pour assister à la victoire annoncée de Syriza. Pour lui, les socialistes doivent s'en inspirer s'ils ne veulent pas subir le sort de leurs cousins grecs.

Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, manifeste contre le projet de loi relatif à la sécurisation de l\'emploi, à Paris, le 9 avril 2013.
Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, manifeste contre le projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi, à Paris, le 9 avril 2013. (MAXPPP)

Figure de la gauche du Parti socialiste, Gérard Filoche a tenu à être présent à Athènes (Grèce), dimanche 25 janvier, pour assister à la victoire annoncée d'Alexis Tsipras et de son parti de gauche anti-austérité Syriza.

>> Alexis Tsipras prête serment, le gouvernement dévoilé demain. Suivez les événements en direct

Membre du bureau national du PS, Gérard Filoche voit dans ce succès électoral "une bonne nouvelle pour tous les peuples d'Europe" et invite ses camarades socialistes à s'inspirer d'Alexis Tsipras. Francetv info l'a interviewé, quelques heures après son retour en France.

Francetv info : Comment avez-vous vécu ces dernières heures ?

Gérard Filoche : Je viens tout juste de rentrer de Grèce, où j'ai passé quatre jours. Cela faisait quelque temps que je n'avais pas vu Athènes et c'est un désastre, un peu comme après une guerre. J'ai vu des maisons entièrement abandonnées, des étages d'immeubles vidés. J'ai vu des chèvres et des poules sur les toits et les terrasses. Les gens ont été obligés de réactiver le troc, les échanges parallèles. C'est le résultat de cinq ans de pillage criminel de la part des banquiers.

Mais hier soir, il y avait une ambiance de fête. J'ai rencontré un professeur de lettres modernes. Un homme extrêmement digne, brillant, cultivé. Cet homme très réservé avait du mal à retenir ses larmes hier soir. Il y avait une espèce de rage chez lui, il disait : "Après tout ce mal qu'on a fait à la Grèce, enfin, les choses bougent !" Tsipras l'a dit : le vote du peuple grec annule l'austérité, tout va se jouer là-dessus. Vous avez fait baisser les salaires ? C'est fini ! On augmente le salaire minimum. Vous avez fait baisser les retraites ? C'est fini ! On les augmente. Vous avez fermé des hôpitaux, des universités ? C'est fini ! On redéveloppe les services publics. J'ai pu voir Tsipras quelques minutes, j'en étais très honoré, je l'ai félicité.

 

Quels enseignements peut-on en tirer pour la France ?

Si le Parti socialiste ne change pas, il va connaître le sort du Pasok [le Parti socialiste grec, qui n'a recueilli que 4,68% des voix, derrière le parti d'extrême droite Aube dorée]. Ça a commencé aux municipales et aux européennes, ça va se confirmer aux départementales et aux régionales.

Il y a une telle déception vis-à-vis de la politique d'austérité qui est menée en France ! On n'est pas encore au niveau de la Grèce, mais le processus est le même, on a juste deux ans de retard. La France n'a jamais été aussi riche et on enlève des sous de partout. Quand vous retirez 50 milliards d'euros dans les dépenses publiques, cela veut dire qu'il va manquer des choses dans tous les secteurs de la vie quotidienne.

Le PS doit donc s'inspirer de Syriza ?

Bien sûr qu'il doit s'en inspirer. Le PS n'a que deux choix : cap à gauche ou cap vers le suicide. Comment de grands partis comme le PS et le Pasok peuvent-ils se suicider ainsi ? Les socialistes sont accusés d'aimer le pouvoir et les ors de la République, mais c'est faux, parce qu'ils vont les perdre.

Il faut faire comme Tsipras. Il faut augmenter immédiatement les salaires. Il ne faut pas baisser le coût du travail, au contraire, il faut l'augmenter. Il ne faut pas dépenser moins, il faut dépenser plus. Et, en parallèle, il faut aussi unir la gauche. Moi, je suis pour un gouvernement rose-rouge-vert. Je ne suis pas pour l'unité avec le Medef, je suis pour l'unité de la gauche. Il faut discuter avec Cécile Duflot et Jean-Luc Mélenchon, pas avec les patrons. Cherchons un programme commun.