VIDEO. Dispositif policier renforcé avant la libération de l'ex-femme de Dutroux

Des tags hostiles à Michelle Martin ont été peints sur les murs du monastère qui doit l'accueillir.

Emmanuelle Lagarde / France 3

La police a mis en place mercredi 1er août un dispositif autour du monastère qui doit accueillir Michelle Martin, l'ex-femme du meurtrier pédophile belge Marc Dutroux, après des manifestations hostiles à la décision de la justice de la libérer. Le tribunal d'application des peines (TAP) de Mons (Belgique) a décidé mardi que Michelle Martin pouvait être libérée après avoir purgé plus de la moitié de sa condamnation à 30 ans de réclusion, et l'a autorisée à séjourner dans le couvent des sœurs clarisses de Malonne, sur la commune de Namur.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des tags hostiles à Michelle Martin ont été peints sur les murs du bâtiment, notamment des inscriptions "NON" en lettres jaunes. Mardi soir, une marche a rassemblé dans le calme quelques dizaines de personnes jusqu'au couvent, sur les hauteurs du village, où ils ont procédé à un lâcher de ballons blancs. Des appels ont également été lancés via les réseaux sociaux pour une manifestation plus importante vendredi à Malonne.

Dans la nuit de mardi à mercredi 1er août, des tags hostiles à Michelle Martin ont été peints sur les murs du bâtiment, notamment des inscriptions \"NON\" en lettres jaunes.
Dans la nuit de mardi à mercredi 1er août, des tags hostiles à Michelle Martin ont été peints sur les murs du bâtiment, notamment des inscriptions "NON" en lettres jaunes. (NICOLAS LAMBERT / AFP)