Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Suède : "On a été des cobayes"... la question des traitements médicaux administrés à de jeunes personnes transgenres au cœur des débats

Publié Mis à jour
VIDEO. Suède : "On a été des cobayes"... la question des traitements médicaux administrés à de jeunes personnes transgenres au cœur des débats -
VIDEO. Suède : "On a été des cobayes"... la question des traitements médicaux administrés à de jeunes personnes transgenres au cœur des débats VIDEO. Suède : "On a été des cobayes"... la question des traitements médicaux administrés à de jeunes personnes transgenres au cœur des débats - ()
Article rédigé par France 2
France Télévisions

En 1972, la Suède a été le premier pays au monde à reconnaître les personnes transgenres et à les aider à trouver une place dans la société. Elle a décidé cette année de ne plus accorder de traitements hormonaux à des adolescents, sauf à titre exceptionnel… Extrait du magazine "Nous, les Européens" du 24 novembre 2022.

Angela Sämfjord est une pédopsychiatre reconnue qui a créé l’une des cliniques pour enfants transgenres de Suède. En 2018, elle a démissionné après avoir pris conscience des excès qui se sont produits dans les hôpitaux du pays et a fini par s’alarmer des erreurs de diagnostic. "Quand j’y travaillais, on a bloqué la puberté d’adolescentes dès l’âge de 12 ans avec des médicaments, alors que c’est un diagnostic complexe. J’ai rencontré beaucoup de patients venus consulter pour une transition de genre qui avaient d’autres problèmes psychiques", explique-t-elle au magazine "Nous les Européens" (replay).

"Un grand nombre étaient autistes, soit 25%, précise la scientifique. Je pense que la Suède s’est perdue. On a été plus vite que la science. Même si l’intention était de faire du bien à nos patients, on a donné des traitements médicaux sans suffisamment de preuves." En 2019, le documentaire The Trans Train, de la journaliste Carolina Jemsby, a provoqué un électrochoc dans le pays. Son enquête révèle notamment les risques encourus par les adolescents avec les traitements hormonaux : "On a été des cobayes. Ils ont mené des expériences sans base scientifique. Qui fait ça en médecine ?" témoigne l’un d’entre eux.

"De nombreux parents traités de transphobes"

La documentariste précise : "Donner ces hormones pour changer de sexe augmente les risques de cancer, de maladies cardiovasculaires et de thromboses." Pendant quatre ans, elle a suivi des adolescents et des personnes transgenres qui regrettent d'avoir changé de sexe. "On ne peut plus rien faire pour mon corps. La chirurgie et tout le reste, c’est irréversible. Je ne récupérerai jamais ma voix. Je ne retrouverai pas mes seins, mes organes. On ne peut plus rien faire", dit l’un d’entre eux. Les témoignages que Carolina Jemsby a recueillis ont aussi révélé les pressions que le corps médical a pu exercer sur les parents de ces adolescents.

"De nombreux parents qui s’opposaient à un traitement pour leur enfant et demandaient d’attendre, se sont vu traiter de transphobes, affirme la journaliste. Les cliniques pour adolescents transgenres ont été jusqu’à signaler des parents aux services sociaux en leur disant : 'Attention, nous avons un enfant transgenre dans cette famille et des parents transphobes.' Et cela, juste parce que les parents voulaient qu’on prenne le temps avant de donner des hormones ou qu’on fasse une chirurgie à leur enfant."

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.