Présidence française de l'UE : Emmanuel Macron propose "un nouvel ordre de sécurité" en Europe face à la Russie

Le dialogue avec la Russie, "je le défends depuis plusieurs années, il n'est pas une option", a martelé le président français mercredi devant le Parlement européen, en pleine tension entre la Russie et l'Occident.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président français Emmanuel Macron lors d'un discours devant le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 19 janvier 2022. (BERTRAND GUAY / AFP)

Emmanuel Macron a souhaité, mercredi 19 janvier, que l'Europe construise "un nouvel ordre de sécurité" avec l'Otan face à la Russie et plaidé pour "un dialogue franc et exigeant" avec Moscou. "La sécurité de notre continent nécessite un réarmement stratégique de notre Europe comme puissance de paix et d'équilibre, en particulier dans le dialogue avec la Russie", a poursuivi le chef de l'Etat, qui présentait aux eurodéputés les priorités de la France pour les six mois de sa présidence du Conseil de l'Union européenne.

Emmanuel Macron devant le Parlement européen : suivez la journée dans notre Direct

Le dialogue avec la Russie, "je le défends depuis plusieurs années, il n'est pas une option", a-t-il martelé, en pleine tension entre la Russie et l'Occident.

Des dizaines de milliers de soldats russes à la frontière ukrainienne

Moscou a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, laissant craindre une invasion. Tout en niant des intentions belliqueuses, le Kremlin martèle qu'une désescalade passe par des garanties pour sa sécurité, en particulier l'engagement à ne jamais élargir l'Otan, en particulier à l'Ukraine.

"Ce qu'il nous faut bâtir, c'est un ordre européen fondé sur des principes et des règles auxquels nous nous sommes rangés et que nous avons actés non pas contre, ni sans, mais avec la Russie il y a maintenant trente ans", a déclaré Emmanuel Macron.

"Le rejet du recours à la force, à la menace, à la coercition"

Parmi ces principes, il a cité "le rejet du recours à la force, à la menace, à la coercition ; le choix libre pour les Etats de participer aux organisations, aux alliances, aux arrangements de sécurité de leur choix ; l'inviolabilité des frontières ; l'intégrité territoriale des Etats, le rejet des sphères d'influence".

"Nous continuerons avec l'Allemagne, dans le cadre du format Normandie (France, Allemagne, Russie, Ukraine) à rechercher une solution politique au conflit en Ukraine qui reste le fait générateur des tensions actuelles", a encore souligné le président français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Union européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.