L'Union européenne et la Nouvelle-Zélande signent un accord de libre-échange

Pour entrer en vigueur, l'accord devra encore recevoir l'approbation du Parlement européen et être ratifié par la Nouvelle-Zélande.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles (Belgique), le 29 juin 2023. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

L'Union européenne et la Nouvelle-Zélande ont signé, dimanche 9 juillet, un accord de libre-échange qui devrait, selon Bruxelles, entraîner une hausse de 30% leur commerce bilatéral d'ici une décennie. L'accord doit encore recevoir l'approbation du Parlement européen et être ratifié par la Nouvelle-Zélande pour entrer en vigueur. 

Evoquant cet accord conclu en juin 2022 après quatre ans d'âpres négociations, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué un texte "ambitieux" et "très équilibré". "La Nouvelle-Zélande est un partenaire-clé pour nous dans la région Indo-Pacifique, et cet accord de libre-échange nous rapprochera encore un peu plus", a-t-elle ajouté lors d'une déclaration depuis Bruxelles.

Progression des investissements 

De son côté, le Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins a loué un texte qui représente "d'énormes avantages" pour les deux partenaires. L'UE est le troisième partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande, qui exporte notamment du vin, des fruits et de la viande vers l'Europe.

Le commerce bilatéral de biens entre les deux zones a représenté un peu plus de 9 milliards d'euros en 2022. Selon Bruxelles, les exportations de l'UE vers l'archipel du Pacifique pourraient augmenter d'un montant pouvant aller jusqu'à 4,5 milliards d'euros par an. Les investissements de l'UE en Nouvelle-Zélande pourraient connaître une progression pouvant atteindre 80%. Le texte contient par ailleurs un chapitre dédié au "développement durable", inédit dans un accord commercial européen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.