Guerre en Ukraine : "Nous allons tenir notre promesse" de livrer un million de munitions à Kiev, assure le président du Conseil européen

Le président du Conseil européen reconnaît des difficultés de production de munitions alors que l'UE en a promis un million à l'Ukraine. "Pour être pris au sérieux, il est important d'avoir des moyens opérationnels de défense et de sécurité", analyse Charles Michel mercredi sur France Inter
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Charles Michel, président du Conseil européen, était l'invité de France Inter le 29 novembre 2023. (FRANCE INTER)

"Nous allons tenir notre promesse" de livrer un million de munitions à Kiev, promet mercredi 29 novembre sur France Inter Charles Michel, président du Conseil européen. L'Union européenne s'était donné l'objectif de fournir un million de munitions pour l'artillerie ukrainienne d'ici mars 2024. Mais Charles Michel reconnaît que "ça va prendre un peu plus de temps que ce que nous aurions souhaité". "Plusieurs mois supplémentaires seront sans doute nécessaires", admet-il, avant d'ajouter que "tout doit être mis en œuvre pour atteindre l'objectif" du million en 2024.

Face à ces difficultés de production de munitions, Charles Michel considère qu'il faut "plus que jamais être sérieux sur la défense européenne, avec des capacités industrielles européennes dans ce secteur". Il met notamment en avant le fait que plusieurs pays européens comme la France "ont beaucoup de technologies et une grande capacité" sur le sujet de la défense. "L'enjeu maintenant est de réellement fédérer les pays européens pour construire une capacité de défense européenne", souligne-t-il.

Le président du Conseil européen estime que ces difficultés de production sont sans doute le fait que "pendant des années les pays européens, comptant sur ce qu'on a appelé les dividendes de la paix, ont peut-être moins investi, moins soutenu le développement de nos armées européennes". Mais Charles Michel considère que désormais "pour être pris au sérieux et pour être en mesure d'avoir une influence et de protéger nos intérêts, il est important d'avoir des moyens opérationnels de défense et de sécurité".

Charles Michel a salué les efforts des pays européens qui se sont montrés "extrêmement soudés" depuis le début du conflit. Il reconnaît que cela n'est "pas simple". Il explique par exemple que le soutien financier des 27 "suppose que les gouvernements européens acceptent l'idée de continuer à mobiliser des moyens". "Les sanctions massives contre la Russie peuvent avoir des effets collatéraux, y compris sur nous-mêmes", ajoute-t-il. Malgré ces difficultés, Charles Michel insiste sur la détermination des dirigeants européens à "continuer à soutenir l'Ukraine".

Le président du Conseil européen a d'ailleurs tenu à montrer "l'importance" du futur Sommet UE-Balkans, qui doit se tenir mi-décembre à Bruxelles. Lors de cette réunion "les 27 chefs d'États et de gouvernement vont concentrer beaucoup d'efforts pour prendre des décisions additionnelles en termes de soutien à l'Ukraine", affirme le président du Conseil européen. Il s'attend ainsi à des décisions "sur le plan financier, militaire et politique". Charles Michel "espère" d'ailleurs "une décision de démarrage d'adhésion de l'Ukraine" à l'Union européenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.