Tchernobyl : comment on a voulu cacher la catastrophe

30 ans après la catastrophe nucléaire, une équipe de France 3 revient sur ces autorités soviétiques et européennes qui ont tardé à dire la vérité.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dans la nuit du 26 avril 1986, le réacteur numéro quatre de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose. La radioactivité se répand dans l'atmosphère, mais il faudra attendre presque trois jours pour la première communication officielle. En Union soviétique, il faudra encore attendre 24 heures pour que l'information soit évoquée à la télévision dans un court communiqué.

En France, on nie le danger

En France, les autorités ouvrent les portes du laboratoire chargé d'analyser la radioactivité dans la nature, l'eau et l'air. "Ces mesures sont négatives", dit un expert. La radioactivité semble se diriger hors de l'Europe. Alors que l'Allemagne déconseille à sa population de consommer du lait et des salades, en France on continue de nier le danger. Les autorités mentent et un laboratoire voit le jour : la Criirad, dont les mesures montrent que l'est de la France a dépassé les seuils dangereux pour la santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl (Ukraine), endommagé par une explosion le 26 avril 1986, photographié 30 ans plus tard, le 22 avril 2016. 
Le quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl (Ukraine), endommagé par une explosion le 26 avril 1986, photographié 30 ans plus tard, le 22 avril 2016.  (GLEB GARANICH / REUTERS)