Cet article date de plus de quatre ans.

Suède : des services publics visés par des envois de boîtes de harengs fermentés

Les faits se sont déroulés dans la ville d'Uddevalla, dans le sud du pays. Aucun message n'a été envoyé, l'incident serait lié à une farce.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les bureaux du service des impôts, de l'assurance-sociale et de la police de la ville d'Uddevalla ont été "piégés" par des boîtes de harengs fermentés, le 23 mars 2017. (MAXPPP)

"Une attaque puante." Jeudi 23 mars, plusieurs agences gouvernementales suédoises situées à Uddevalla, dans le sud du pays, ont découvert dans leurs boîtes aux lettres des conserves de harengs fermentés ouvertes.

Les boîtes de harengs ont été déposées dans les bureaux du service des impôts, de l'assurance sociale et de la police. "Il y avait aussi du liquide puant dans les étages des bâtiments, décrit le journal The Local (en anglais), l'odeur s'est répandue dans tous les bureaux." Aucun message ni menace n'a été transmis avec les boîtes, il s'agirait juste d'une "farce". Le hareng fermenté est une spécialité culinaire suédoise dont l'odeur est très forte.

Une odeur très tenace

"Il s'agit probablement d'une plaisanterie de la part de quelqu'un un peu éméché", a confié Leif Bäckström, un policier envoyé sur place. "Ou de quelqu'un qui est en colère contre les autorités. Le problème est que l'odeur a pénétré dans les murs et qu'il est très difficile de la faire partir", précise-t-il à L'Expressen (en suédois).

Le hareng fermenté, célèbre produit suédois appelé "Surströmming", est en effet connu pour son odeur piquante, très forte et très particulière. Le produit, qui se consomme souvent à l'extérieur, a déjà été utilisé par des farceurs : en novembre 2016, des salariés d'un magasin de fleurs de Karlstad ont découvert, un lundi matin, des poissons fermentés jetés partout dans leur magasin, précise The Local.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.