Cet article date de plus de six ans.

Vidéo L'Ecosse a dit "non" à l'indépendance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
S. DESJARS, N. BERTHIER - FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le chef du gouvernement écossais, Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, a reconnu la défaite de son camp.

Les Ecossais ont finalement dit "non" à l'indépendance. Le dépouillement total des 32 circonscriptions a donné, vendredi 19 septembre, la victoire du non à 55,3% au référendum sur l'indépendance, avec plus de deux millions d'opposants, loin devant le camp du oui, à 44,7%, selon les chiffres officiels.

Pour remporter le référendum, l'un des deux camps devait obtenir plus de 1 852 828 votes. Le camp du non en compte 2 001 926 contre 1 617 989 pour le oui. Le taux de participation s'établit au niveau record de 84,6%.

Cameron félicite les unionistes

Le chef du gouvernement écossais, Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, a reconnu la défaite de son camp. L'Ecosse va donc rester au sein du Royaume-Uni, dont le Premier ministre, David Cameron, a félicité Alistair Darling, chef de l'état-major de campagne des unionistes, pour une "campagne bien menée".

David Cameron, qui aurait lui-même été en grande difficulté en cas de victoire du "yes", a invité les nationalistes à se joindre aux discussions sur l'attribution à l'Ecosse des pouvoirs élargis promis en fin de campagne, quand le "oui" à l'indépendance semblait en mesure de l'emporter.

Décrivant le référendum comme une "grande opportunité" de changer la façon dont le Royaume-Uni fonctionne, le Premier ministre a aussi assuré que l'Angleterre, le pays de Galles et l'Irlande du Nord bénéficieraient également d'une plus grande autonomie, notamment en matière fiscale, budgétaire et dans le domaine de la couverture sociale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.