Cet article date de plus de six ans.

Après le "non" au référendum en Ecosse, Cameron promet une vaste réforme du Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique a lancé un appel au "rassemblement" après la victoire du "non", qu'il avait lui-même soutenu, au référendum sur l'indépendance en Ecosse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre britannique, David Cameron, lors d'une allocution au 10 Downing Street à Londres (Royaume-Uni), le 19 septembre 2014. (SUZANNE PLUNKETT / REUTERS)

David Cameron est soulagé. Le "non", qu'il avait lui-même soutenu, l'a largement emporté au référendum historique sur l'indépendance de l'Ecosse. Après cette victoire personnelle, le Premier ministre britannique estime que la question est désormais réglée pour "une génération". "Il est temps pour notre Royaume-Uni de se rassembler et d'aller de l'avant", a lancé le dirigeant conservateur, lors d'une allocution sur le perron de son bureau du 10 Downing Street, à Londres, vendredi 19 septembre.

Il a surtout déclaré que la victoire du "non" au référendum ouvrait la voie à une réforme constitutionnelle profonde au Royaume-Uni. David Cameron s'est engagé à octroyer rapidement des pouvoirs élargis à l'Ecosse, mais aussi à l'Angleterre, au pays de Galles et à l'Irlande du Nord, notamment en matière fiscale, budgétaire et dans le domaine de la couverture sociale.

Il a précisé que les projets de loi octroyant de nouveaux pouvoirs à l'Ecosse seraient finalisés d'ici au mois de janvier et que le processus se déroulerait "en parallèle" pour les trois autres nations du Royaume-Uni.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Référendum en Ecosse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.