Pologne : les profs en grève contre la réforme scolaire et la réécriture de l'Histoire par les conservateurs

Les enseignants sont appelés à la grève par leur principal syndicat, lundi, pour dénoncer la réforme scolaire qui entre en vigueur à la rentrée.

Une salle de classe en Pologne.
Une salle de classe en Pologne. (JANEK SKARZYNSKI / AFP)

En Pologne, la rentrée scolaire est placée sous le signe de l’inconnu à cause de l’entrée en vigueur d’une vaste réforme de l’Éducation nationale. Inquiet, le syndicat national des enseignants (ZNP) appelle à la grève lundi 4 septembre, le jour de la rentrée. Les parents d’élèves, eux, entendent manifester lundi après-midi devant le ministère de l’Éducation nationale.

La réforme remplace l’actuel système d’éducation à trois niveaux -primaire, collège, lycée- par un système à deux niveaux. Ses détracteurs craignent la suppression de milliers de postes d'enseignants. Outre la fin des collèges, le syndicat et les parents d'élèves dénoncent une refonte des programmes d'enseignement vers des "valeurs patriotiques".

Lech Walesa écarté des manuels scolaires

Cette réforme réécrit l'Histoire à sa manière, au point d'écarter une figure nationale, Lech Walesa. Le fondateur du syndicat Solidarité, prix Nobel de la paix en 1983 et ancien président de la République, de 1990 à 1995, est certes le héros de la lutte contre le communisme dans les années 80, mais il est aussi accusé de collaboration par les conservateurs nationalistes au pouvoir. Ces derniers mois, il a largement critiqué le parti Droit et Justice de Jaroslaw Kaczynski. Il n'apparaît donc plus dans les programmes scolaires. À la place, les élèves de 10 ans apprendront les soldats maudits, ces mouvements de résistance polonais des années 50 qui luttaient contre le communisme.

Lech Walesa lors du premier congrès national des délégations de Solidarność, en septembre 1981, à Gdańsk, en Pologne.
Lech Walesa lors du premier congrès national des délégations de Solidarność, en septembre 1981, à Gdańsk, en Pologne. (MAXPPP)

Terminée aussi la lecture d’Harry Potter à l'école. Elle est remplacée par le célèbre poème polonais Messire Thadée, d’Adam Mickiewicz, soit douze grands chapitres en vers à lire en intégralité. En biologie, les adolescents ne découvriront pas la théorie de l’évolution car l’apparition de l’homme sera enseignée en cours de religion.

Grève et manifestation

Cette révolution de l'éducation nationale polonaise a été mise en place en à peine huit mois. Le texte a été voté au début de l'année 2017, en urgence, par le parti Droit et justice, quelques mois avant une autre réforme controversée : celle de la Cour suprême. En novembre 2016, déjà, des milliers de personnes avaient défilé dans les rues de Varsovie, la capitale, pour dénoncer cette réforme. En mars, 40 à 45% des enseignants polonais se sont mis en grève.