Pologne : des dizaines de milliers de manifestants pro-UE descendent dans la rue

Après une décision de la Cour constitutionnelle polonaise refusant la primauté du droit européen, la Pologne pourrait quitter l'Union européenne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des manifestants pro-UE manifestent, le 10 octobre 2021, à Varsovie. (WOJTEK RADWANSKI / AFP)

Ils ont brandi la bannière étoilée. Des dizaines de milliers de Polonais ont manifesté, dimanche 10 octobre au soir, pour défendre l'appartenance de leur pays à l'Union européenne, après une décision vendredi de la Cour constitutionnelle polonaise contestant la primauté du droit européen. Cette décision, refusant tout contrôle européen sur les lois polonaises, pourrait marquer un premier pas vers une sortie de la Pologne de l'UE.

C'est contre cette idée d'un "Polexit" que les Polonais se sont mobilisés, à l'appel du chef de l'opposition et ancien président du Conseil européen Donald Tusk. "Des dizaines de milliers de personnes à Varsovie et dans plus de 100 villes et villages en Pologne sont venues protester contre ce que ce gouvernement fait à notre patrie", a lancé Donald Tusk à une foule immense munies de drapeaux bleus européens dans la capitale.

"Nous devons sauver la Pologne"

Plus tôt dans la journée, il avait appelé ses compatriotes à "défendre une Pologne européenne". "Nous devons sauver la Pologne, personne ne le fera pour nous", avait-il ajouté sur Twitter. "Je suis ici car je crains que nous quittions l'UE. C'est très important, surtout pour ma petite-fille", a déclaré Elzbieta Morawska, 64 ans, qui défilait à Varsovie.

"Le Royaume-Uni vient de quitter l'UE et c'est une tragédie. Si la Pologne part maintenant, ce sera également une tragédie", estimait Aleksander Winiarski, 20 ans, qui étudie en Angleterre et manifestait également dans la capitale. La Pologne et d'autres pays d'Europe centrale et orientale ont rejoint l'Union européenne en 2004, 15 ans après le renversement du régime communiste.

L'appartenance à l'Union reste très populaire, si l'on en croit les sondages, mais les relations entre Varsovie et Bruxelles se sont nettement tendues depuis l'arrivée au pouvoir en 2015 du parti populiste Droit et Justice. Les heurts portent notamment sur les réformes de l'appareil judiciaire voulues par le gouvernement, et dont l'UE estime qu'elles vont nuire à l'indépendance de la justice et risquent de conduire à un amoindrissement des libertés démocratiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.