VIDEO. Des migrants se pressent vers la Grèce après l'ouverture de la frontière par la Turquie

La Grèce a annoncé, vendredi, avoir renforcé ses patrouilles à la frontière avec la Turquie, après que celle-ci a annoncé qu'elle n'empêcherait plus les migrants de se rendre en Europe.

C'est une répercussion de l'offensive turque en Syrie : des migrants se pressent aux frontières entre l'Europe et la Turquie. Ankara a annoncé, vendredi 28 février, qu'elle n'empêcherait plus les migrants qui essaient de se rendre en Europe de franchir la frontière avec la Grèce. La Turquie a fait cette annonce après la mort de 33 de ses soldats dans la région d'Idleb (nord-ouest de la Syrie), dans des frappes aériennes attribuées par Ankara au régime syrien, soutenu militairement par la Russie.

"J'ai entendu les informations, c'est pourquoi je suis venu, explique Murad Muradi, un homme de nationalité afghane. Je veux aller en Europe." Mais une fois sur les lieux, c'est l'impasse. Athènes a intensifié ses patrouilles à la frontière avec la Turquie. "La Grèce a renforcé la garde de ses frontières terrestres et maritimes au maximum", a déclaré une source gouvernementale.

Surveillance renforcée sur le littoral

Selon une source policière grecque, le nombre de patrouilles a été doublé et un appel à la mobilisation générale a été passé en interne. "Tout est sous contrôle, il n'y a pas de raison de s'inquiéter", a assuré cette source. Une autre source au sein de l'armée grecque a indiqué qu'environ 300 migrants avaient été repérés du côté turc de la frontière, dans la région d'Evros (nord-est de la Grèce). "Ce chiffre ne sort pas de l'ordinaire", a tempéré l'officier.

Outre le groupe de migrants à la frontière terrestre, l'agence de presse turque DHA a signalé l'arrivée d'autres migrants sur la côte d'Ayvacik, dans la province de Çanakkale (nord-ouest de la Turquie), cherchant à se rendre sur l'île grecque de Lesbos par bateau.

Des migrants à la frontière entre la Turquie et la Grèce, à Edirne (Turquie), le 28 février 2020.
Des migrants à la frontière entre la Turquie et la Grèce, à Edirne (Turquie), le 28 février 2020. (GOKHAN BALCI / ANADOLU AGENCY / AFP)