Migrants : nouveau bras de fer à Lampedusa

Après l'accostage polémique du Sea-Watch dans les eaux italiennes de Lampedusa dans la nuit du vendredi 28 juin, un autre navire humanitaire a débarqué dimanche 7 juillet à Lampedusa avec 41 migrants à son bord.

France 2

Malgré les menaces des autorités, un voilier avec 41 migrants à bord a accosté à Lampedusa (Italie) dimanche 7 juillet. Douaniers et policiers en nombre sur le quai empêchent les migrants de débarquer, qui ont passé deux jours en mer. Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur Mattéo Salvini hausse le ton. "Je n'autorise aucun débarquement à ceux qui se moquent totalement des lois italiennes et aident les passeurs" détaille-t-il sur le réseau social.

Vers une augmentation des amendes

Le bras de fer dure pendant des heures à Lampedusa. L'Allemagne par la voie de son ministre de' l'Intérieur fait savoir qu'elle est prête à accueillir certains migrants. "C'est mieux qu'on les emmène en bus dans à l'ambassade d'Allemagne. S'il y'a encore quelqu'un qui pense que l'Italie est le point d'arrivée de tout le monde, un dépotoir pour tous les problèmes que l'Europe fait semblant de ne pas voir, et bien ça suffit" ajoute-t-il dans une vidéo postée samedi 6 juillet. Les 41 migrants sont finalement autorisés à débarquer au milieu de la nuit. Le voilier a été saisi et le capitaine sera poursuivi pour aide à l'immigration illégale. Mattéo Salvini menace à nouveau d'augmenter les amendes jusqu'à un million d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le navire l\'Aquarius entre l\'île de Lampedusa et la Tunisie, en mer Méditerranée, le 23 juin 2018.
Le navire l'Aquarius entre l'île de Lampedusa et la Tunisie, en mer Méditerranée, le 23 juin 2018. (PAU BARRENA / AFP)