Police : l'IGPN saisie après l'évacuation violente d'un camp de migrants à Paris

Lundi 23 novembre, un camp de migrants a été évacué place de la République à Paris. Une opération marquée par des violences et dérapages. 

France 2

Lundi 23 novembre, place de la République à Paris, des migrants ont été évacués sans ménagement. Les tentes sont retirées par les forces de l'ordre alors même que des hommes sont à l'intérieur. Une centaine de migrants et d'associations avaient investi l'espace pour dénoncer l'absence de solution de relogement. Les coups fusent de part et d'autre. Dans les rues adjacentes, c'est la course-poursuite. Sur une vidéo amateur, on y voit un homme encerclé par les forces de l'ordre. Alors qu'il s'enfuit, un policier lui fait un croche-pied. Derrière, un agent donne des coups de matraque à des personnes qui ne semblent pas opposer de résistance.

Ouverture d'une enquête pour violences par personnes dépositaires de l'autorité publique 

Gérald Darmanin a réagi sur Twitter : "Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d'ici demain midi." L'IGPN a 48 heures pour rendre ses conclusions. David Le Bars, syndicat des commissaires de la police nationale, explique que cette intervention n'a pas été menée par des agents du maintien de l'ordre : "Les policiers et les gendarmes se sont retrouvés dans une situation qui n'est pas facile ou des gens ne sont pas enclins à obtempérés." Le parquet a ouvert une enquête pour violence par personnes dépositaires de l'autorité publique. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La police démantèle des tentes de migrants installées place de la République, à Paris, le 23 novembre 2020.
La police démantèle des tentes de migrants installées place de la République, à Paris, le 23 novembre 2020. (LUCAS BOIRAT / HANS LUCAS / AFP)