Mineurs isolés : la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne portent également plainte contre Eric Zemmour

Après huit autres départements, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne déposent à leur tour plainte contre Eric Zemmour qui qualifie les migrants mineurs isolés de "voleurs", d'"assassins", et de "violeurs".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Eric Zemmour pendant l'émission "Face à l'info", sur CNEWS, le 21 octobre 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Deux départements d'Ile-de-France, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne déposent plainte contre Eric Zemmour, après ses propos tenus mercredi 30 septembre sur la chaîne CNews, indique France Bleu Paris ce lundi. Eric Zemmour a traité les migrants mineurs isolés d'être "tous" des "voleurs", des "assassins" et des "violeurs". La Loire-Atlantique, le Gers, les Landes, la Haute-Garonne, les Pyrénées-Orientales, le Finistère, la Meurthe-et-Moselle ou encore la Haute-Vienne ont déjà porté plainte.

Une enquête a été ouverte notamment pour "incitation à la haine raciale" par le parquet de Paris. Condamné à plusieurs reprises, Eric Zemmour a écopé vendredi 25 septembre, d'une amende de 10 000 euros pour injure et provocation à la haine, après des propos anti-islam et anti-immigration qui ont été tenus lors de la Convention de la droite, le 28 septembre 2019.

Les deux départements contestent en justice le "chantage financier" de l'Etat sur les mineurs migrants

La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne en profitent également pour dénoncer un nouveau décret paru en juin, qui conditionne une aide financière de l'Etat aux départements au fait de référencer les mineurs isolés étrangers dans un fichier biométrique, dénonçant un "chantage financier".

Ils rappellent que "la Seine-Saint-Denis accompagne 1 700 mineur.e.s non accompagné.e.s et ancien.ne.s mineur.e.s non accompagné.e.s pour un budget annuel de 60 millions d’euros (dont seulement 8 % sont compensés par l’Etat)". "Le Val-de-Marne accueille pour sa part près de 900 personnes : 560 mineurs non accompagnés et 300 jeunes ayant entre 18 et 21 ans" indique le communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.