Militant pro-migrants relaxé par la cour d'appel de Grenoble : "Le message de la relaxe, c'est qu'aider son prochain, c'est encore possible"

Après sa relaxe, l'accompagnateur en montagne Pierre Mumber se dit "soulagé, mais en même temps cela me questionne".

Pierre Mumber, devant le tribunal de Grenoble, le 24 octobre 2019.
Pierre Mumber, devant le tribunal de Grenoble, le 24 octobre 2019. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

L'accompagnateur en montagne Pierre Mumber a réagi sur franceinfo jeudi 21 novembre après la décision de la cour d'appel de Grenoble de le relaxer. Poursuivi pour "aide à l'entrée irrégulière de migrants sur le territoire", il avait porté secours à des migrants lors d'une maraude près de la frontière italienne, à Montgenèvre, en janvier 2018. "Aujourd'hui, le message de la relaxe, c'est qu'aider son prochain, c'est encore possible", a-t-il déclaré.

"Je suis soulagé, mais en même temps cela me questionne", a expliqué Pierre Mumber. "S'il n'y avait pas eu de fausses déclarations, des témoignages transformés, je ne me serais jamais retrouvé devant la barre. Ce qu'il s'est passé, c'est tout simplement de l'aide humanitaire. Ce qui est tout à fait légal."

"Aujourd'hui, le message de la relaxe, c'est qu'aider son prochain, c'est encore possible", a ajouté l'accompagnateur en montagne des Hautes-Alpes. "Mais il y a encore tellement d'exemples de personnes qui viennent juste porter secours et qui se retrouvent devant la justice qu'on est inquiets. Ce sont des messages qui sont graves. Aujourd'hui, il y a des gens qui sont en danger chez nous, à nos frontières. On ne peut pas dévier le regard", a-t-il conclu.