Migrants : tension dans les communes qui doivent les accueillir

La question des migrants suscite bien des inquiétudes dans certains villages. L'effort national demandé par l'État pour désengorger la jungle de Calais (Pas-de-Calais) est diversement accueilli par les communes sollicitées.

France 3

"Nos communes sans migrant", à l'appel de l'antenne locale du Front national, ils sont plusieurs dizaines réunis à Saint-Denis-de-Cabanne (Loire). Et leur message est clair, ils sont contre l'arrivée de 80 demandeurs d'asile dans cette commune de la Loire. Quelques mètres plus loin, une contre-manifestation, une dizaine de militants pour l’accueil des migrants et contre le repli sur soi. 

12 000 migrants de Calais doivent être répartis dans toute la France

Pour désengorger Calais (Pas-de-Calais), le gouvernement veut répartir les réfugiés dans toute la France. La région Auvergne-Rhône-Alpes doit accueillir 1 784 migrants. Onze d'entre eux sont déjà arrivés à Allex (Drôme) où le maire souhaitait organiser un référendum ce dimanche. Une consultation finalement invalidée par la justice. Mobilisés depuis plusieurs semaines, les opposants au centre d'accueil des migrants sont à cran. Au total, 12 000 migrants venus de Calais doivent être répartis dans toute la France d'ici la fin de l'année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une vue aérienne de la \"Jungle\" de Calais, le 16 août 2016. 
Une vue aérienne de la "Jungle" de Calais, le 16 août 2016.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)