Migrants : la violence succède au désespoir

Cela fait un mois et demi que des milliers de réfugiés sont bloqués entre la Macédoine et la Grèce. Une situation invivable qui crée des tensions. Plus de 200 personnes ont été blessées par des policiers macédoniens ce dimanche 10 avril.

France 3

La police voulait les empêcher de forcer ce nouveau rideau de fer. Ce dimanche, à Idomeni, à la frontière entre la Macédoine et la Grèce, la situation a dégénéré entre les migrants qui veulent rejoindre l'ouest de l'Europe et la police macédonienne. Celle-ci a ordre de défendre la double clôture montée en novembre. Alors elle n'a pas hésité à tirer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser les demandeurs d'asile.

Au moins 260 blessés

Mais les migrants ne se sont pas avoués vaincus et une poignée de jeunes a réussi à franchir la première clôture. Certains tentent de passer, mais sont vite rattrapés. Le conflit va durer toute la journée. On dénombre ce soir au moins 260 blessés, dont 30 par balles en plastique. Le désespoir s'est emparé de nombreux pères de famille, qui disent moisir ici depuis plus d'un mois dans des conditions déplorables. Les 11 000 migrants bloqués à Idomeni refusent d'aller dans des camps de transit ailleurs en Grèce de peur d'être renvoyés en Turquie.

Le JT
Les autres sujets du JT