Les migrants de la porte de la Chapelle ont-ils été relogés ?

L'évacuation de demandeurs d'asile dans le 18e arrondissement, lundi 8 juin, fait polémique.

FRANCE 2

Après l'évacuation musclée de migrants du 18e arrondissement de Paris, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, s'est saisi du dossier et a ouvert une enquête, ce mardi 9 juin. Et pour cause, de nombreuses associations et partis de gauche dénoncent une "brutalité".

De son côté, la préfecture assure que des propositions de relogement ont été faites. Une partie des chambres d'un centre d'accueil de Nanterre avait d'ailleurs été réservée à cet effet. "Il y a eu 45 places qui ont été réservées pour les migrants de la porte de la Chapelle et hier soir ils n'étaient que cinq", a constaté Miguy Leste, de l'unité d'accueil.

"Ils restent ensemble parce qu'ils ont peur"

Au total, selon la préfecture, 200 demandeurs d'asile ont passé la nuit dans un centre comme celui-ci. 75 auraient refusé et auraient alors passé la nuit dans un parc associatif. La raison selon leurs soutiens ? Les violences de la veille et la crainte d'être isolé du groupe. "Ils restent ensemble parce qu'ils ont peur", explique Gérarld Briant, adjoint au maire PCF du 18e arrondissement de Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un campement de migrants installé sous le métro aérion La Chapelle, à Paris, lundi 1er juin 2015. 
Un campement de migrants installé sous le métro aérion La Chapelle, à Paris, lundi 1er juin 2015.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY / AFP)