Par peur des "terroristes déguisés", un maire refuse d'accueillir les réfugiés musulmans

Selon l'élu Les Républicains Yves Nicolin, invité dimanche sur France Bleu, c'est le meilleur moyen de s'assurer que "ce ne sont pas des terroristes déguisés".

Le député-maire de Roanne, Yves Nicolin, s\'exprime à l\'Assemblée nationale, le 17 décembre 2014, à Paris.
Le député-maire de Roanne, Yves Nicolin, s'exprime à l'Assemblée nationale, le 17 décembre 2014, à Paris. ( MAXPPP)

Une main tendue, mais pas en direction de tous. Le maire Les Républicains de Roanne (Loire), Yves Nicolin, s'est dit prêt, dimanche 6 septembre, sur France Bleu Saint-Etienne Loire, à accueillir des migrants dans sa ville, "à la condition qu'il soit bien question de réfugiés chrétiens, qui sont persécutés parce que chrétiens en Syrie par Daesh [Etat islamique]".

Pour le député-maire, la chrétienté représente "une garantie suffisante" pour avoir "l'absolue certitude" que les personnes accueillies ne sont pas "des terroristes déguisés". Il estime que les autres migrants, qu'ils soient kurdes, chiites ou encore yézidis, devront passer par des vérifications plus poussées, pour s'assurer que "ce sont bien des gens qui sont persécutés, que ce ne sont pas des réfugiés économiques".

Près de 27 000 réfugiés à accueillir en France ?

Ces propos ont été tenus alors que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a adressé, dimanche, une lettre aux maires de France pour les inviter à une réunion de travail afin de concrétiser leurs propositions d'accueil des réfugiés. 

La France pourrait devoir accueillir 27 000 réfugiés si la proposition du président de la Commission européenne, consistant à revoir à la hausse le nombre de demandeurs d'asile à répartir dans l'Union sur la base de quotas nationaux, est entérinée.