"Je suis désolé pour le malentendu" : Darmanin exprime des regrets après une intervention des douaniers français sur le sol italien

Le parquet de Turin a ouvert une enquête sur la présence de douaniers français dans un local utilisé par une ONG à la gare de Bardonecchia, une commune frontalière italienne.

Le ministre de l\'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 29 mars 2018.
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 29 mars 2018. (ERIC PIERMONT / AFP)

La France exprime des regrets. "Je suis désolé pour le malentendu", a déclaré Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, en charge des douanes, dans une interview accordée au quotidien italien Corriere della Sera daté du mercredi 4 avril. Quelques jours auparavant, des douaniers français armés sont entrés dans un local alloué à une ONG d'aide aux migrants, dans une petite ville frontalière alpine italienne, Bardonecchia. De quoi déclencher un couac diplomatique entre les deux pays.

La France a d'abord jugé que la présence des douaniers était parfaitement légale, mais le ministère italien des Affaires étrangères parlait, lui, d'un "acte grave, considéré totalement en dehors du cadre de la collaboration entre Etats frontaliers". Dimanche 1er avril, le parquet de Turin a même annoncé l'ouverture d'une enquête portant à ce stade préliminaire sur des soupçons graves : "abus de pouvoir", "violence privée" et "violation de domicile".

Le gouvernement français semble donc revoir sa défense en faisant son mea culpa. Gérald Darmanin a aussi annoncé qu'il se rendrait en Italie lundi 16 avril, note François Beaudonnet, le correspondant de France Télévisions à Rome.