ENQUETE FRANCEINFO. "Ils sont les exclus parmi les exclus" : le crack hante les camps de migrants du nord-est de Paris

Près du boulevard périphérique, porte de la Chapelle, franceinfo est allé à la rencontre de ces hommes, venus pour beaucoup du Soudan ou d'Afghanistan, devenus accros au "caillou".

Entre 700 et 1 200 migrants vivent dans des camps de fortune autour de la \"colline du crack\", l\'un des plus gros points de vente de drogue de Paris. 
Entre 700 et 1 200 migrants vivent dans des camps de fortune autour de la "colline du crack", l'un des plus gros points de vente de drogue de Paris.  (BAPTISTE BOYER / FRANCEINFO)

Coup de frein. A la dernière seconde, l'automobiliste évite cette personne qui vient à contresens sur le boulevard Ney. Le fugitif, un homme noir à la silhouette athlétique, slalome entre les voitures pour semer les deux policiers lancés à ses trousses. Il finit sa course contre une grille, porte de la Chapelle, un quartier populaire du nord-est de Paris, les mains menottées dans le dos. Il se tord, se débat. Même entravé, il reste déterminé à ne pas se laisser interpeller.

Epaule en avant, le fuyard bondit violemment sur l'un des deux fonctionnaires, qui réplique avec un coup de genou dans l'estomac. Les pieds de l'interpellé décollent du sol. A l'atterrissage, il reçoit un uppercut au visage. Le forcené est immobilisé, avant d'être embarqué de force dans une voiture de police. "Droits de l'homme !" l'entend-on vociférer dans un français approximatif, malgré les gyrophares hurlants.

Qu'est-ce qui a motivé ce délit de fuite désespéré ? "Pas papiers", répond laconiquement son ami, avant de disparaître. Cet homme était aux côtés du fuyard, quelques minutes plus tôt, lorsqu'ils ont été contrôlés par la police. Sur eux, les fonctionnaires ont saisi deux pipes à crack, des petits tubes en verre qui servent à fumer ce puissant dérivé de cocaïne extrêmement addictif. Nous ne connaîtrons pas le fin mot de cette histoire. Mais cette scène, violente, témoigne de la progression de cette drogue dure parmi les migrants de la porte de la Chapelle. Un phénomène dénoncé par les associations depuis plusieurs mois. 

"Meilleur caillou d'Europe"

A l’automne 2018, le collectif Solidarité migrants Wilson avertissait déjà sur franceinfo de "la recrudescence" du crack dans les camps de réfugiés situés le long du périphérique. Le 27 mars, après un déplacement sur place, Anne Hidalgo a, à son tour, tiré la sonnette d'alarme. "Je ne comprends pas pourquoi l’Etat laisse ainsi prospérer l’indignité et le chaos aux portes de la capitale", a tonné la maire de Paris, pointant du doigt une "crise migratoire" à laquelle s'ajoutent "les ravages du trafic de drogue".

>>> ENQUETE FRANCEINFO. "Ici, c'est devenu 'The Walking Dead'" : l'insoluble crise du crack dans le nord-est de Paris

Cette dernière décennie, la porte de la Chapelle est devenue le point névralgique du trafic de crack. En son cœur, "la colline", un talus situé entre le périphérique et des bretelles d'accès à l'autoroute A1. Chez les toxicomanes, la rumeur voudrait qu'on y trouve "le meilleur caillou d'Europe" – au détail, le crack est vendu sous forme de petits morceaux jaunâtres surnommés "cailloux". La marchandise y est disponible 24h/24, attirant dans ce squat à ciel ouvert environ 400 usagers chaque jour, d'après l'association Gaïa. Près de 150 usagers y habiteraient de façon permanente.

Des cailloux de crack dans la main d\'un usager. 
Des cailloux de crack dans la main d'un usager.  (FRANCE 2)

A cette population s'ajoutent les 700 à 1 200 migrants qui vivent dans des tentes un peu partout autour, selon les chiffres de la mairie de Paris. Et ce, sans compter les centaines d'autres installés sur les trottoirs des communes voisines de Saint-Denis et d'Aubervilliers. "Les exilés sont condamnés à errer dans les mêmes bidonvilles que les toxicos", souffle Jean-Jacques Clément, du collectif Solidarités migrants Wilson, intervenant dans le quartier depuis 2016.

Certains ont sombré dans la drogue, c'était inévitable ! Ils sont les exclus parmi les exclus.Jean-Jacques Clément, fondateur du collectif Solidarité migrants Wilsonà franceinfo

Impossible cependant de quantifier ce phénomène que l’Agence régionale de santé (ARS) juge "extrêmement marginal mais problématique". "Certains étaient déjà consommateurs de drogue avant de venir en France. D'autres se sont initiés au crack ici", constate Léon Gomberoff, directeur des services EGO, une antenne de l'association Aurore, spécialisée dans la prise en charge des usagers de drogue.

Tout s'achète et tout se vend

Selon ce psychanalyste de formation, les toxicomanes constituent "une petite minorité parmi les migrants". Il précise : "La majeure partie des consommateurs de 'la colline' sont des gens qui ont été migrants par le passé. Même s'ils sont là depuis longtemps, beaucoup d'usagers sont en situation irrégulière et vivent dans une grande précarité." Au carrefour de ces populations s'est créée toute "une économie de la misère, dans laquelle les dealers sont des commerçants". 

Plusieurs exilés rencontrés par franceinfo décrivent la façon dont les dealers tentent d'élargir leur clientèle. D'après eux, les trafiquants offriraient des premières doses gratuites de crack, lors de soirées plus ou moins arrosées, dans le but de les rendre dépendants. Ensuite, le produit devient payant. Un phénomène déjà confirmé à France 2 par Emmanuelle Oster, commissaire divisionnaire dans le 18e arrondissement. 

Car, dans ces rues, tout s'achète et tout se vend. Certains migrants récupèrent des pipes à crack, distribuées par les associations, et les revendent à des accros en manque pour 5 ou 7 euros. A l'inverse, des toxicomanes prennent tout ce qu'ils trouvent pour l'échanger contre un bout de crack. "Ton téléphone, tes chaussures… Il ne faut rien laisser dans sa tente ici. Sinon, ils sont volés dans la minute", raconte Shafiq, Afghan de 25 ans, arrivé en France il y a trois mois.

Son sourire, vissé aux lèvres, contraste avec la gravité de son propos. "C'est une vraie galère quand tu dois aller faire la queue pour prendre une douche. Du coup, certaines personnes restent toute la journée dans leur tente à déprimer." Comme lui, des centaines de migrants se sont installés sur un square de La Plaine Saint-Denis, posé au-dessus de la partie de l'autoroute A1 qui est couverte. Les douches, mises en place par l'Armée du salut jusqu'au 31 août, se trouvent à un kilomètre de là, au niveau de la porte de la Chapelle.

"C'est loin et la halte d'urgence ne peut accueillir que 100 personnes par jour. On nous a promis des sanitaires ici, mais on attend toujours", soupire Philippe Caro, conseiller municipal d'opposition à Saint-Denis et fondateur du collectif Solidarité migrants Wilson.

"Je vais mourir en France"

Ce mardi soir, une trentaine de bénévoles, les bras chargés de sacs de nourriture, remontent le boulevard jusqu'à l'échangeur qui marque la frontière avec Paris. Sur la route, nous croisons, là encore, réfugiés, SDF et toxicomanes, sortis de leurs abris de fortune pour venir chercher un gâteau, un œuf dur ou un verre de jus de fruit.

On ne fait pas toujours la différence entre toutes ces personnes. Et ce n'est pas le but. On donne à tous ceux qui ont faim, sans distinction.Sami, un bénévoleà franceinfo

"La plupart de ces gens sont passés par la Libye. Ils ont vu ou subi des choses que l'on ne peut même pas imaginer. Puis ils finissent ici, dans la plus grande des misères, continue Philippe Caro. A la longue, on en voit certains devenir fous." Lors d'une interview, un jeune Afghan fond subitement en larmes. "Ça fait des années que je perds mon temps ici", sanglote-t-il, évoquant son ambition de continuer ses études en informatique en France. Un projet abandonné, faute d'avoir obtenu l'asile. "Je vais finir par me suicider, répète-t-il, avant de nous interpeller : Je vais mourir en France, tu te rends compte ?"

Dans ces conditions de vie sinistres, la mort fait partie du quotidien. Depuis le début de l'année, six personnes qui vivaient ou fréquentaient régulièrement "la colline du crack" sont mortes, selon le décompte de l'association Aurore. Agés entre 32 et 64 ans, tous ont succombé à une overdose, à l'exception de Cynthia et Musa, victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone dans leur tente. Ils venaient d'avoir un enfant.

Des tentes le long d\'une bretelle d\'accès au périphérique, porte de la Chapelle, à Paris. 
Des tentes le long d'une bretelle d'accès au périphérique, porte de la Chapelle, à Paris.  (FRANCE 2)

Trois de ces morts étaient en situation irrégulière. L'un d'eux s'appelait Giorgi, Géorgien arrivé en France il y a huit ans. Il a commencé le crack à la porte de la Chapelle. Pour honorer leur mémoire, l'association Aurore a organisé un déjeuner le 27 mars sur la "colline". Sur la grande table, un cahier de condoléances a été laissé à la disposition des usagers : "Que dieu vous reçoive bien et vous pardonne vos péchés", dit un des messages.

Neuf millions d'euros débloqués

Fin mai, les autorités ont mis en place un "plan crack" pour tenter de venir à bout de ce fléau. Les 9 millions d'euros, débloqués sur trois ans, doivent permettre la création d'espaces d'accueil de jour ainsi que de lieux d'hébergement spécifiques, comme le réclamaient les associations. 

Car contrairement à l'héroïne, la dépendance au crack ne se traite pas médicalement, avec un traitement de substitution. "Toute la difficulté de l'addiction à ce produit, c'est qu'elle nécessite une véritable prise en charge sociale. Pour sortir quelqu'un du crack, il faut lui offrir une nouvelle vie, avec une activité durable et surtout un toit", explique Frédéric Bladou, administrateur de l'association Gaïa et chargé de la thématique drogues au sein de l'association Aides.

Les migrants devenus toxicomanes pourront-ils bénéficier de ces hébergements d'urgence promis par le "plan crack" ? Interrogé par franceinfo, Luc Ginot, directeur de la promotion de la Santé au sein de l'ARS (qui finance le projet à hauteur de 1,3 million d'euros), assure que la "prise en charge est inconditionnelle". "Un migrant, même s'il est en situation irrégulière, pourra être mis à l'abri. Nous sommes dans le domaine de la médecine d'urgence, et dans ce cadre, la santé prime sur le reste."

Encore faut-il qu'ils acceptent de passer les portes de ces structures d'urgence. Beaucoup d'exilés craignent d'être expulsés, notamment ceux dont la demande d'asile a déjà été rejetée ou qui ont été "dublinés" (une référence au règlement Dublin III, un texte européen affirmant que la demande d'asile d'un migrant doit être traitée par le pays de l'espace Schengen où il a été enregistré pour la première fois). Pour éviter les contrôles de police, certains se terrent dans des lieux toujours plus reculés. Et c'est d'autant plus le cas pour ceux d'entre eux qui sont toxicomanes, souvent marginalisés par les autres migrants.

"Toute la difficulté est de les repérer et d'entrer en contact avec eux, explique José Matos, chef de service au CAARUD (Centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues), de l'association Gaïa. D'où l'importance des maraudes et des antennes mobiles. Nous avons aussi commencé à former nos équipes au russe, car nous rencontrons beaucoup d'usagers russophones." 

Délire paranoïaque

Alors que la nuit tombe, nous retournons sur les bordures du périphérique où de nombreux migrants ont élu résidence, loin des regards. Entre la porte de la Chapelle et la porte d'Aubervilliers, les bénévoles finissent leur distribution, accompagnés de Matthiew, un jeune Afghan polyglotte qui sert de traducteur. L'air humide et les gaz d'échappement émanant des voitures qui passent à quelques mètres de là semblent coller à la peau. Au sol, les rats détalent au milieu des détritus et des excréments.

Dans ce paysage apocalyptique, quatre Soudanais ont établi un petit camp de fortune. L'un d'eux est affalé sur ce qu'il reste d'une poussette pliable, les yeux injectés de sang. Un autre est assis sur une palette à moitié brûlée, posée à côté d'une gazinière rouillée. "Pourquoi la police continue de me harceler ? Je ne dérange personne ici ! Tout ce que j'ai, c'est ça ! Tu comprends ?" s'égosille-t-il, en arabe, avant de sortir son dossier de demande d'asile de sa tente.

D'après les documents, il est originaire du Darfour et a 45 ans. Il en fait vingt de plus. Il nous intime d'emporter avec nous ce dossier qui "ne sert à rien, de toute façon". Notre refus déclenche un accès de colère. Dans un délire paranoïaque, il finit par déchirer le tas de feuilles et les jeter en l'air. Sa demande d'asile finit dans la boue, transformée en confettis. Un autre migrant interrompt la scène et nous prend à l'écart. "Ça ne sert à rien de leur parler. Ce sont des toxicos. Ils sont foutus."