"Aquarius" : un bateau sans port d'accueil

Le navire humanitaire "Aquarius" fait actuellement route vers Marseille (Bouches-du-Rhône) avec 58 migrants à bord. Pour le moment, la France refuse de le laisser accoster et cela divise la classe politique. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

À 130 kilomètres des côtes libyennes, SOS Méditerranée lance un appel aux responsables politiques. "Arrêtez de jouer avec les vies des gens. Les gens meurent, il faut qu'une décision soit prise pour les 58 personnes ici ", s'insurge Nicholas Romaniuk, sauveteur de SOS Méditerranée à bord de l'Aquarius. Le navire humanitaire demande à accoster à Marseille (Bouches-du-Rhône) mais la France refuse de l'accueillir pour l'instant. "Un bateau de migrants doit accoster vers la côte européenne la plus proche ", a assuré Bruno Le Maire mardi 25 septembre.

La France doit l'accueillir pour la gauche

Pour le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, il n'est pas question d'accepter le bateau et de créer un précédent. Marine Le Pen, elle, s'en prend violemment à l'association. "L'équipage de l'Aquarius est un équipage de passeurs. Ce sont les complices des passeurs", assure la présidente du Rassemblement national. La France doit-elle au nom d'un devoir humanitaire accueillir le navire ? Oui selon la gauche. "C'est la responsabilité et la raison qui dictent de le faire", selon Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord. La situation de l'Aquarius est donc une nouvelle fois figée.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'\"Aquarius\", le 15 août 2018, lors de son arrivée à Malte. 
L'"Aquarius", le 15 août 2018, lors de son arrivée à Malte.  (MATTHEW MIRABELLI / AFP)