Volodymyr Zelensky se rend aux États-Unis pour "s'assurer que les parlementaires" du pays "continueront à voter les crédits à l'Ukraine", estime un spécialiste

Pour la première fois depuis le début de l'invasion russe en février dernier, le président ukrainien se rend à l'étranger. Il est attendu aux Etats-Unis. Invité sur franceindo ce mercredi 21 décembre, le géopoliticien Cyrille Bret estime que Volodymyr Zelensky cherche à s'assurer du soutien des parlementaires américains.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
  (STRINGER / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SER)

"Ce que vient faire Volodymyr Zelensky à Washington, c'est s'assurer que les parlementaires américains continueront à voter les crédits à l'Ukraine", estime Cyrille Bret, géopoliticien, chercheur à l'Institut Jacques Delors et enseignant à Sciences Po, invité sur franceinfo mercredi 21 décembre. Le président ukrainien, qui n'a pas quitté son pays depuis le début de l'invasion russe, va être reçu à la Maison Blanche par le président des États-Unis, Joe Biden. Il s'adressera ensuite au Congrès, où les Républicains, "expriment aujourd'hui des doutes et des réticences sur ce qu'ils appellent le 'chèque en blanc à l'Ukraine'", souligne l'expert.

>> Guerre en Ukraine : que sait-on du programme de la visite de Volodymyr Zelensky à Washington ?

Franceinfo : Faut-il voir dans cette visite un signal envoyé à Vladimir Poutine ?

Cyrille Bret : Cette première visite à l'étranger du président ukrainien est avant tout une visite pour remercier, pour exprimer la gratitude de l'Ukraine à l'égard des États-Unis. Depuis le début de la guerre, il y a dix mois, ce pays a fourni près de 70 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine, dont 20 milliards d'aide militaire. On sait à quel point cela a été décisif pour contrer les offensives russes. Donc oui, c'est un signal envoyé à Vladimir Poutine : cette alliance entre les Etats-Unis et l'Ukraine est solide et continuera.

Justement, comment Vladimir Poutine peut-il réagir à cette visite ?

On a une bonne idée de ce que pense le président de la Russie, ne serait-ce qu'à travers les médias d'État russes. Ce matin, j'ai consulté l'agence de presse Ria-Novosti, par exemple. Pour elle, c'est la visite d'un allié à son protecteur. C'est la visite d'un président ukrainien pro-occidental depuis le début et qui vient continuer à assurer ses arrières. Il n'y a rien pour surprendre le pouvoir russe, il n'y a rien pour l'inquiéter non plus. Moscou observe de suffisamment près l'avis du Congrès américain [le Sénat et la Chambre des représentants] pour savoir que le soutien des États-Unis à l'Ukraine est à la fois solide, mais qu'il peut être remis en cause par des mouvements internes à la politique étatsunienne.

Quels sont ces "mouvements internes" que vous évoquez ?

Si le soutien de la Maison Blanche est acquis, les Républicains expriment aujourd'hui des doutes et des réticences sur ce qu'ils appellent le "chèque en blanc à l'Ukraine". Ce que vient faire Volodymyr Zelensky à Washington, et plus précisément au Congrès, c'est donc s'assurer que les parlementaires étatsuniens, et notamment ceux qui siègent à la Chambre des représentants, dominée maintenant par les Républicains, continueront à voter les crédits à l'Ukraine et les crédits à la Défense. Près de 800 milliards de dollars sont actuellement en discussion au Congrès.

Que peut dire le président ukrainien pour convaincre le Congrès de voter la poursuite de la politique de soutien à l'Ukraine ?

Déjà, exprimer la gratitude de son pays. Les États-Unis et général, et ses représentants politiques en particulier, sont extrêmement sensibles à la reconnaissance manifestée par les états qu'ils soutiennent. Volodymyr Zelensky va pouvoir également souligner à quel point la sécurité des États-Unis est concernée par ce conflit. Vu de Washington, et encore plus du Midwest ou de la côte ouest, ce conflit purement européen peut paraître extrêmement lointain. Ce sera sans doute le deuxième message du président ukrainien : vous nous aidez à combattre en Ukraine, mais c'est également dans votre intérêt. Enfin, je pense que les messages qu'il adressera aux représentants américains porteront sur la durée : sur la durée du conflit, sur la solidité donc de l'alliance et sur la nécessité d'avoir pour les États-Unis un allié fiable à la frontière de la Russie.

Comment faut-il interpréter ce choix de Volodymyr Zelensky de faire aux États-Unis sa première visite à l'étranger depuis le début du conflit ? L'Union européenne est-elle laissée pour compte ?

Cela signifie que Volodymyr Zelensky considère que c'est l'aide des États-Unis, et notamment l'aide militaire américaine, qui a été décisive, et pas l'aide européenne, ce qui me semble parfaitement injuste vu l'aide fournie par les Européens. Toutefois, il ne faut pas non plus surestimer cette différence de traitement entre l'Europe et les États-Unis. Volodymyr Zelensky ne peut pas être et à Washington et à Bruxelles en même temps. Dans cette période des dix mois de guerre, je suis sûr qu'il effectuera également soit des déplacements, soit des gestes symboliques à l'égard des Européens pour exprimer sa gratitude et s'assurer de leur soutien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.