Vidéo Ukraine : l'accueil des déserteurs russes se fera "au cas par cas", selon la secrétaire d'État chargée de l'Europe, Laurence Boone

Publié
Article rédigé par
Radio France

Les demandes de visas des "journalistes dissidents, les personnes qui se battent contre le régime, des artistes, des étudiants", seront examinées avec attention, promet Laurence Boone.

L'accueil des déserteurs russes dans l'Union européenne se fera "au cas par cas, pour les préserver eux et nous préserver nous aussi", a déclaré la secrétaire d'État chargée de l'Europe, Laurence Boone, mercredi 5 octobre sur franceinfo. Ces déserteurs refusent de prendre part à la mobilisation "partielle" des réservistes pour aller combattre en Ukraine, annoncée par Vladimir Poutine. Ils risquent jusqu'à 10 ans de prison, selon les amendements signés par le président russe.

>> Guerre en Ukraine, suivez notre direct

Laurence Boone a rappelé qu'"on a restreint les conditions d'octroi des visas.Nous faisons attention à ce que les journalistes dissidents, les personnes qui se battent contre le régime, les artistes, les étudiants puissent toujours venir chez nous. Donc on examine les visas au cas par cas, y compris en tenant compte des risques sécuritaires. Pour les dissidents russes, on va faire la même chose", a-t-elle poursuivi.

"On va regarder au cas par cas si ce sont des personnes qui fuient un régime et qui doivent être protégées parce qu'elles se battent contre ce régime et si elles ne posent pas de risque sécuritaire."

Laurence Boone, secrétaire d'État chargée de l'Europe

à franceinfo

L'ex-cheffe économiste de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est aussi revenue sur le "huitième paquet" de sanctions que l'Union européenne "prépare", en réponse aux "simulacres de référendums" dans l'Est de l'Ukraine.

Ce sont "les organisateurs" de ces scrutins contestés, "les propagandistes" et "les nouveaux militaires" qui seront punis, selon elle. Il s'agira notamment de "geler leurs avoirs". "On va aussi maintenant s’attaquer à ceux qui contournent les sanctions", a-t-elle ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.