Cet article date de plus de dix ans.

Ukraine : 35 morts lors d'affrontements à Odessa, selon un nouveau bilan

Un incendie a éclaté à la Maison des syndicats, tuant 31 personnes, vendredi 2 mai. Plus tôt dans la journée, quatre personnes sont mortes lors de heurts violents, en marge d'un défilé.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un manifestant envoie un explosfi artisanal en direction de la Maison des syndicats d'Odessa (Ukraine), vendredi 2 mai. (STRINGER / REUTERS)

Quelque 31 personnes sont mortes dans l'incendie d'un immeuble à Odessa (sud de l'Ukraine) à la suite d'affrontements entre partisans de l'unité de l'Ukraine et militants pro-russes, a annoncé le ministère de l'Intérieur, vendredi 2 mai. Les autorités ont revu à la baisse un précédent bilan de de 38 morts. Prises au piège dans la Maison des syndicats, les victimes sont mortes des suites d'une intoxication à l'oxyde de carbone ou en sautant par la fenêtre. Un journaliste a publié une photo des lieux après les heurts.

Des coktails Molotov, des pavés et des engins explosifs

Prises au piège, des personnes attendent d'être secourues au second étage de la Maison des syndicats en feu, vendredi 2 mai.  (STRINGER / REUTERS)

Plus tôt dans la journée, un défilé rassemblant environ 1 500 personnes, en grande partie des supporteurs des clubs de football d'Odessa et de Kharkiv (est) avait été attaquée par plusieurs centaines de pro-russes casqués à coups de matraques, de pierres et d'explosifs. Quatre personnes sont mortes dans les rues, dont l'une par balle à la poitrine. "Il est très clair que la partie pro-russe était très bien armée, bien organisée et que cette action était planifiée de longue date", a dit Dmitro Spivak, un parlementaire local. La police a rapidement perdu le contrôle de la situation et le bâtiment des syndicats a été incendié par la suite.

Pro-russes et les partisans de l'unité de l'Ukraine s'affrontent à Odessa, au moins trois morts (EVN)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.