Ukraine : les prorusses de Kherson veulent demander l'annexion de la région à la Russie

Le chef adjoint de l'administration mise en place par les Russes à Kherson a fait cette déclaration, assurant que "toute la base juridique" serait prête "avant la fin de l'année".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats russes photographiés par l'agence russe Spoutnik, le 19 avril 2022 à Kherson (Ukraine). (KONSTANTIN MIHALCHEVSKIY / SPUTNIK / AFP)

La Russie pousse ses pions sur l'échiquier politique ukrainien. Les autorités installées par Moscou dans la région ukrainienne de Kherson ont indiqué, mercredi 11 mai, vouloir demander à Vladimir Poutine une annexion, dernier signe en date que la Russie compte bien conquérir des terres ukrainiennes. Ce mode opératoire rappelle les annexions de deux régions du Donbass avant le déclenchement du conflit.

"Il y aura une demande (adressée au président russe) pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la Fédération de Russie", a dit aux agences russes Kirill Stremooussov, chef adjoint de l'administration militaro-civile de Kherson, région prise par l'armée russe au début de l'offensive déclenchée par Moscou en février contre l'Ukraine. "Toute la base juridique (...) sera prête avant la fin de l'année", a-t-il dit. Il a ajouté que, comme la communauté internationale n'avait pas reconnu le référendum de rattachement de la Crimée à la Russie de 2014, la région de Kherson n'organisera pas de scrutin.

"L'armée ukrainienne libèrera Kherson", assure Kiev

Vladimir Poutine a ordonné l'assaut contre son voisin en l'accusant d'y opprimer et massacrer les russophones. Il avait assuré ne pas vouloir occuper de territoires ukrainiens, mais écarter un régime "russophobe" et "néonazi" pour permettre l'installation d'un pouvoir plus favorable aux Russes. Mais les opérations militaires ont été enrayées par la farouche résistance des Ukrainiens, si bien qu'hormis Kherson et la prise d'une partie de la région de Zaporijjia, les succès russes sur le terrain sont restés limités.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a réagi mercredi à l'idée de l'annexion en jugeant "que c'est aux habitants de la région de Kherson de décider si un appel doit être adressé" à Vladimir Poutine. Le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak a réagi avec sarcasme : "Les occupants peuvent toujours demander l'union, même avec Mars ou Jupiter, mais l'armée ukrainienne libèrera Kherson". La région de Kherson, située juste au nord de la Crimée annexée par Moscou, est essentielle pour approvisionner la péninsule en eau. Sa conquête permet aussi de constituer un pont terrestre reliant la Crimée, la région séparatiste pro-russe de Donetsk et le territoire russe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.