Ukraine : ce que l'on sait du vaste mouvement anticorruption qui provoque démissions et limogeages en série

Le vice-ministre de la Défense, le chef adjoint de l'administration présidentielle et le procureur général adjoint font partie des responsables mis sur la touche.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une vue de Kiev (Ukraine) en novembre 2022. (METIN AKTAS / ANADOLU AGENCY)

Pluie de démissions au sein du pouvoir ukrainien. Plusieurs hauts responsables, au gouvernement et dans les administrations régionales, ont été écartés, entre lundi 23 et mardi 24 janvier, alors qu'un scandale de corruption secoue le pays. Si l'Ukraine était régulièrement secouée avant l'invasion russe par des affaires de corruption, il s'agit de la première à éclater depuis l'offensive russe lancée le 24 février 2022. Elle arrive au moment où Kiev réclame à ses alliés occidentaux, dont le soutien militaire et financier est crucial, des centaines de chars modernes et d'autres armements pour une nouvelle offensive sur le front.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

On vous explique pourquoi tous ces responsables quittent soudainement le pouvoir.

Le vice-ministre de la Défense mis en retrait

Le vice-ministre de la Défense, Viatcheslav Chapovalov, qui était chargé de l'appui logistique des forces armées, a demandé sa mise en retrait, selon un communiqué de la Défense (en ukrainien).

Cette décision intervient après des révélations de la presse ukrainienne. Selon le site d'information ZN.UA (en ukrainien), le ministère de la Défense a signé pour 2023 un contrat à un prix surévalué sur les produits alimentaires destinés à ses soldats. Ce contrat s'élèverait à 13 milliards de hryvnias (environ 324 millions d'euros), avec des prix établis "deux à trois plus élevés" que les tarifs actuels en vigueur.

Dans son communiqué, le ministère de la Défense assure que ces accusations "sont infondées", mais que le départ de Viatcheslav Chapovalov "permettra de préserver la confiance de la société et des partenaires internationaux ainsi que d'assurer l'objectivité" des efforts pour faire la lumière sur cette affaire.

Soupçons de pot-de-vin au ministère des Infrastructures

Même remous dans un autre ministère, celui des Infrastructures. Interpellé dimanche, l'adjoint Vassyl Lozinsky est soupçonné d'avoir reçu un pot-de-vin de 400 000 dollars pour "faciliter" l'achat de générateurs à des prix gonflés, alors que le pays est confronté à de vastes coupures d'électricité, en pleine guerre contre la Russie. Deux autres adjoints aux Infrastructures ont annoncé leur démission, mardi. Ivan Lukerya, l'un d'eux, affirme toutefois avoir pris sa décision en début d'année, dans un message posté sur Facebook, et qu'il n'y a aucun lien avec le scandale.

Un conseiller présidentiel sur la touche

De son côté, le conseiller présidentiel Kyrylo Tymochenko, qui communique régulièrement les bilans humains et matériels du conflit, a été prié de faire ses valises. Il était accusé, depuis le mois d'octobre, d'avoir utilisé un véhicule tout-terrain donné à l'Ukraine par le groupe américain General Motors à des fins humanitaires. Après ces révélations, il avait assuré avoir mis le véhicule à disposition du front.

Un scandale lié à des vacances en Espagne

Le procureur général adjoint, Oleksiï Simonenko, a également remis sa démission. Il était critiqué pour avoir passé dix jours de vacances à Marbella (Espagne), alors que les déplacements à l'étranger, sauf à des fins professionnelles, sont normalement interdits pour les hommes ukrainiens en âge de combattre. Le président Volodymyr Zelensky, d'ailleurs, a signé lundi un décret présidentiel pour rappeler aux fonctionnaires qu'ils ont l'interdiction de voyager à l'étranger, hors cadre professionnel.

Un membre du parti présidentiel en retrait

Pavlo Galimon, le chef adjoint du parti présidentiel "Serviteur du peuple", a été limogé lundi, sur fond d'accusations de corruption liée à l'achat d'une propriété à Kiev pour un montant supérieur à ses revenus déclarés.

Cinq gouverneurs limogés

Cinq gouverneurs régionaux ont été écartés à l'issue d'un Conseil des ministres, mardi. Selon Taras Melnytchouk, représentant du gouvernement auprès du Parlement, cité par l'AFP, les gouverneurs des régions de Dnipropetrovsk (centre) Valentin Reznitchenko, de Zaporijjia (sud) Oleksandre Staroukh, de Soumy (nord) Dmytro Jivytsky, de Kherson (sud) Iaroslav Ianouchevitch et de la capitale Kiev, Oleksiï Kouleba, vont quitter leurs postes.

Valentin Reznitchenko a été accusé par plusieurs médias en novembre d'avoir attribué des contrats sur la réparation de routes portant sur des dizaines de millions d'euros à un groupe cofondé par sa petite amie travaillant comme entraîneuse fitness. Selon des informations de presse, cet homme ainsi que ses confrères des régions de Soumy, Kherson et Zaporijjia figurent dans des enquêtes judiciaires, alors que le limogeage d'Oleksiï Kouleba est lié à sa prochaine nomination au sein de l'administration présidentielle.

Anatoliï Ivankevitch et Viktor Vychniov, tous deux chefs adjoints du service ukrainien des transports maritimes et fluviaux, ont également été démis de leurs fonctions. Tout comme Vitali Mouzytchenko, adjoint au ministère de la Politique sociale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.