Quatre pays de l'UE s'engagent à décupler leur éolien en mer du Nord d'ici à 2050 pour ne plus dépendre des hydrocarbures russes

L'annonce intervient conjointement avec un plan de 210 milliards d'euros présenté par la Commission européenne qui prévoit une accélération des énergies renouvelables et des économies d'énergie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un parc éolien en mer, le 5 juin 2019 en mer Baltique, dans le nord de l'Allemagne. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Objectif : plus d'indépendance énergétique. L'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Belgique ont annoncé, mercredi 18 mai, vouloir installer pour près de 150 gigawatts d'éoliennes en mer du Nord d'ici à 2050, pour en faire la "centrale électrique verte de l'Europe" et se passer d'hydrocarbures russes.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

"Nous voulons multiplier par quatre notre capacité totale dans l'éolien en mer d'ici à 2030 et par dix d'ici à 2050", ont déclaré les responsables européens. Un objectif intermédiaire de 65 gigawatts a été fixé pour 2030.

L'électricité nécessaire à 230 millions de foyers

Une puissance de 150 gigawatts dans l'éolien marin permet de fournir l'électricité nécessaire à 230 millions de foyers, selon les quatre pays signataires. A eux seuls, les quatre pays représenteraient la moitié de l'objectif que s'est fixé l'UE pour l'éolien en mer d'ici à 2050.

L'annonce intervient conjointement avec un plan de 210 milliards d'euros présenté par la Commission européenne qui prévoit une accélération des énergies renouvelables et des économies d'énergie pour s'affranchir "le plus vite possible" des importations de gaz russe, en réaction à la guerre en Ukraine.

Les Européens ont déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d'août prochain, et un embargo sur le pétrole pour la fin de l'année est en cours de discussion parmi les Etats membres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.