Guerre en Ukraine : plus de 2 000 civils évacués après un incendie sur un terrain militaire en Crimée annexée

Les autorités locales d'occupation n'ont pas précisé les causes du sinistre.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
De la fumée s'échappe d'un terrain militaire russe dans le district de Kirovsky, en Crimée annexée, le 19 juillet 2023. (YELENA GRITSENKO / TASS / SIPA)

Quelque 2 200 civils de Crimée annexée doivent être évacués, mercredi 19 juillet, en raison d'un incendie qui s'est déclaré sur le terrain militaire de Starokrymsky, dans le district de Kirov. Les quatre villages concernés ont été placés sous protection policière, précisent les agences russes, et un centre opérationnel a été mis en place pour coordonner les transferts.

Selon plusieurs médias russes, dont Mash, les flammes sont apparues dans un dépôt de munitions. Il faudra encore un ou deux jours pour maîtriser la situation, a averti sur la chaîne Rossiya 24 le chef du Parlement de Crimée annexée, Vladimir Konstantinov. Plusieurs heures après le début du sinistre, des explosions étaient toujours en cours, selon lui, mais aucune infrastructure civile n'a été endommagée.

Kiev dément être à l'origine du sinistre

Un tronçon de l'autoroute Tavrida a également été fermé à la circulation par mesure de sécurité. A ce stade, les autorités d'occupation n'ont pas livré de bilan humain, et n'ont communiqué aucun détail sur les causes de l'incendie. Le président russe Vladimir Poutine est tenu "informé" de l'évolution de l'incendie survenu mercredi matin sur un terrain militaire dans la péninsule ukrainienne annexée de Crimée, a indiqué le Kremlin.

Difficile d'y voir clair sur l'implication de Kiev dans ce sinistre. Alors qu'une première déclaration du chef du renseignement militaire ukrainien, Kyrylo Boudanov, faisait état d'une "opération réussie" en Crimée occupée, un porte-parole de ces mêmes services de renseignement a par la suite assuré que ce commentaire était "un faux".

Lundi, le pont de Kertch, importante infrastructure routière et ferroviaire reliant la péninsule annexée à la Russie, a été frappé par une attaque ukrainienne qui l'a endommagé pour la deuxième fois en dix mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.