Guerre en Ukraine : "On a besoin d'armement, de munitions, pour combattre l'ennemi", rappelle Olga Kurovska, interprète ukrainienne

Publié
Durée de la vidéo : 7 min
Olga et Sasha Kurovska, deux sœurs ukrainiennes qui vivent séparées l'une de l'autre depuis presque vingt-deux mois en raison de la guerre, ont publié un journal de leurs correspondances. Mercredi 29 novembre, elles sont les invitées du 12/13 info pour évoquer la situation dans leur pays.
Guerre en Ukraine : "On a besoin d'armement, de munitions, pour combattre l'ennemi", rappelle Olga Kurovska, interprète ukrainienne Olga et Sasha Kurovska, deux sœurs ukrainiennes qui vivent séparées l'une de l'autre depuis presque vingt-deux mois en raison de la guerre, ont publié un journal de leurs correspondances. Mercredi 29 novembre, elles sont les invitées du 12/13 info pour évoquer la situation dans leur pays. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - E. Tran Nguyen
France Télévisions
franceinfo
Olga et Sasha Kurovska, deux sœurs ukrainiennes qui vivent séparées depuis presque vingt-deux mois en raison de la guerre, ont publié un journal de leurs correspondances. Elles sont les invitées du 12/13 info, mercredi 29 novembre.

Olga Kurovska a grandi à Kiev en Ukraine et s'est installée en France en 2015, sa sœur Sasha, elle vit toujours en Ukraine. Depuis le début du conflit avec la Russie, le 24 février 2022, les deux femmes vivent séparées et ont publié le 6 septembre dernier leur ouvrage Le journal d'Olga et Sasha (éditions Actes Sud), retraçant leurs correspondances. Interrogée sur la baisse du soutien de la communauté internationale, Olga Kurovska affirme que "les Ukrainiens en parlent beaucoup et on ressent cette continuité de la guerre interminable. On a juste envie de dire, mais 'qu'est-ce que l'on attend en fait?' On a besoin d'armement, de munitions, pour combattre l'ennemi…" 

Soutien à l'armée

Depuis l'Ukraine, Sasha Kurovska ressent également cette baisse de soutien de la communauté internationale. "Pour moi et pour les Ukrainiens, nous devons continuer tout ce que l'on fait maintenant, de soutenir notre armée, de faire plus d'efforts et plus de récoltes (…) financières surtout", explique la professeure de français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.