Guerre en Ukraine : les séparatistes prorusses commencent à juger cinq étrangers accusés d'avoir combattu pour Kiev

Un Britannique, un Croate et un Suédois capturés à Marioupol risquent la peine de mort. Le procès reprendra en octobre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La "cour suprême" des autorités séparatistes de Donetsk (Ukraine), le 10 juin 2022. (MAXPPP)

Les autorités séparatistes soutenues par Moscou dans la région de Donetsk ont commencé à juger trois Britanniques, un Croate et un Suédois, lundi 15 août. Ils sont accusés d'avoir combattu pour l'armée ukrainienne en tant que "mercenaires", ce qui pourrait valoir à certains d'entre eux une condamnation à mort.

Les prisonniers croate, suédois et l'un des Britanniques ont été faits prisonniers dans la zone du port ukrainien de Marioupol, qui avait été assiégé et bombardé pendant des semaines par l'armée russe. Tous trois risquent la peine de mort, selon l'agence d'Etat russe Ria Novosti (en russe), qui précise qu'ils sont poursuivis pour tentative de "prise de pouvoir par la force" et pour "participation à un conflit armé en tant que mercenaire".

Parmi les deux prisonniers britanniques restant, l'un est accusé de mercenariat, et l'autre d'"avoir participé au recrutement de mercenaires" en faveur de l'Ukraine. Les cinq ont plaidé non coupable, selon l'agence publique russe Tass (en anglais). Le procès reprendra début octobre, a précisé l'agence Tass, sans donner d'explications. Ce ne sont pas les premiers soldats étrangers à être menacés de mort par les autorités séparatistes : début juin, deux Britanniques et un Marocain avaient déjà été condamnés à la peine capitale, avant de faire appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.