Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : les parents d'élèves du Lycée français de Moscou interpellent les autorités françaises sur le rappel des enseignants

"Nos vous prions de revenir sur votre décision d'interrompre le processus d'enseignement", écrivent ces parents d'élèves aux autorités françaises. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Lycée français Alexandre-Dumas de Moscou (Russie). (GOOGLE MAPS)

Ils sont déterminés à se faire entendre. Plus de 200 parents d'élèves du Lycée français de Moscou ont interpellé les autorités françaises, jugeant que le rappel de tous les enseignants, conséquence du conflit en Ukraine, mettait "en péril" l'existence de l'école et l'éducation de leurs enfants. "Nous comprenons que la situation politique (...) est particulièrement critique. Cependant, étant donné qu'il n'y pas de danger de sécurité pour les personnes résidant à Moscou, nous vous prions de revenir sur votre décision d'interrompre le processus d'enseignement", écrivent les 261 signataires.

>> Guerre en Ukraine : les dernières informations dans notre Direct

Des courriers ont été adressés au ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à Brigitte Macron, l'épouse du président français et ancienne enseignante, à l'ambassadeur de France et à la députée des Français de l'étranger Anne Genetet.

Un réexamen de la situation fin mars

Le proviseur du Lycée français, Nicolas Ruellan, avait annoncé le 8 mars dans un très bref e-mail que tous les personnels français quittaient la Russie et la mise en place d'une "continuité pédagogique à distance dès le 15 mars". Précédemment, le ministère des Affaires étrangères avait "recommandé aux ressortissants français, dont la présence et celle de leur famille n'est pas essentielle en Russie, de quitter le pays tant que cela est encore possible", arguant de la raréfaction des liaisons aériennes du fait des sanctions occidentales.

Les parents d'élèves relèvent qu'il "reste des enseignants à Moscou et que certains sont prêts à revenir pour reprendre les cours". "Nous vous prions instamment de permettre à nos huit cents enfants de terminer l'année scolaire et de passer leurs diplômes en présentiel", demandent-ils. L'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) dit vouloir réexaminer la situation fin mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.