Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : le chef du groupe paramilitaire russe Wagner envisage une prise de Bakhmout "en mars ou en avril"

Evguéni Prigojine estime que la lenteur des avancées russes est due à la "monstrueuse bureaucratie militaire".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un char ukrainien dans la région de Bakhmout en Ukraine, le 9 février 2023. (YEVHEN TITOV / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le tempo de l'offensive russe se précise. Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner a estimé que la ville ukrainienne de Bakhmout, épicentre des combats dans l'est du pays, ne sera pas conquise par Moscou avant "mars ou avril". Evguéni Prigojine estime que la lenteur des avancées russes est notamment due à la "monstrueuse bureaucratie militaire". "Pour prendre Bakhmout, il faut couper toutes les routes d'approvisionnement", déclare-t-il dans des vidéos publiées sur Telegram dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 février.

"Je pense qu'on aurait pris Bakhmout s'il n'y avait pas cette monstrueuse bureaucratie militaire, et si on ne nous mettait pas des bâtons dans les roues tous les jours", a fustigé Evguéni Prigojine dans une autre vidéo sur la chaîne Telegram de son service de presse. Selon lui, le fait que Wagner ne puisse plus recruter de prisonniers pour aller au front en échange d'une amnistie constitue une "saignée" pour son organisation.

L'organisation paramilitaire privée Wagner a pris la tête de l'offensive contre Bakhmout depuis des mois au prix de pertes très importantes. "Une mission impossible", affirme même Andreï Medvedev, un ancien combattant de la milice Wagner, interrogé dans l'émission Complément d'enquête, diffusée sur France 2 jeudi 16 février. "Mon unité a été engagée dans les combats à Bakhmout... Cette mission dépassait nos capacités réelles (...) On a été obligés de marcher littéralement sur nos cadavres."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.