Guerre en Ukraine : la télévision russe diffuse des vidéos de deux Britanniques capturés qui demandent à Boris Johnson de négocier leur libération

De son côté, l'Ukraine a publié lundi une vidéo d'un homme d'affaires et proche de Vladimir Poutine, Viktor Medvedtchouk, demandant à être échangé contre les soldats et les civils de la ville assiégée de Marioupol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'homme d'affaires ukrainien Viktor Medvedtchouk à la cour d'appel de Kiev (Ukraine), le 17 février 2022. (SPOUTNIK VIA AFP)

Ils ont les traits tirés et sollicitent le Premier ministre britannique pour négocier leur libération. Dans une vidéo diffusée par la télévision russe lundi 18 avril, deux prisonniers identifiés comme des ressortissants britanniques, Shaun Pinner et Aiden Aslin, capturés lors de combats à Marioupol (Ukraine), demandent à être échangés contre Viktor Medvedtchouk. Ce riche homme d'affaires ukrainien, proche de Vladimir Poutine, avait été arrêté en Ukraine le 12 avril

De son côté, l'Ukraine a publié, le même jour, une vidéo de l'homme d'affaires demandant à être échangé contre les soldats et les civils de la ville assiégée de Marioupol. "Je veux m'adresser au président russe Vladimir Poutine et au président ukrainien Volodymyr Zelensky avec la demande de m'échanger par la partie ukrainienne contre les défenseurs de Marioupol et ses habitants", a-t-il déclaré dans cette courte vidéo non datée.

> > Suivez l'évolution du conflit dans notre direct

Dans la vidéo publiée par la télévision russe, les deux captifs ne précisent pas qui les détient actuellement. On ne sait pas s'il s'agit des forces russes ou de leurs alliés séparatistes de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

Les deux enregistrements sont présentés comme des interviews au journaliste Andreï Roudenko, de la télévision publique russe (VGTRK). Ce dernier montre aux deux hommes une vidéo publiée la semaine dernière par Oksana Martchenko, la femme de Viktor Medvedtchouk, qui demande l'échange de son mari contre les deux Britanniques. Les détenus prennent ensuite la parole en anglais pour demander un échange. Le lieu de leur détention n'est pas précisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.