Guerre en Ukraine : la Moldavie “voit son futur” dans l’Union Européenne, assure le ministre des Affaires étrangères

La présidente moldave Maia Sandu, en déplacement à Paris jeudi 19 mai, va demander à la France de soutenir les aspirations européennes de son pays. “C’est une étape très importante pour la Moldavie”, selon le ministre des Affaires étrangères Nicu Popescu joint par franceinfo.

Article rédigé par
Benjamin Recouvreur - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Nicu Popescu, ministre moldave des Affaires étrangères, le 12 mars 2022. (DUMITRU DORU / EPA VIA MAXPPP)

Après avoir déposé une demande d’adhésion à l’Union européenne début mars dans le sillon de l’Ukraine et de la Géorgie, la présidente de la Moldavie Maia Sandu défend à nouveau la vision pro-européenne de son pays lors d’une rencontre avec Emmanuel Macron, jeudi 19 mai à Paris. “C’est très important de s’assurer que tous les pays d’Europe travaillent ensemble pour stabiliser l’Europe orientale et pour minimiser les effets négatifs de cette guerre sur des pays comme la Moldavie”, affirme à franceinfo Nicu Popescu, le ministre moldave des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, qui participera aussi à la rencontre.

>> Guerre en Ukraine : suivez notre direct

La Moldavie, petit pays de 2,7 millions d’habitants coincé entre la Roumanie et l’Ukraine, souffre beaucoup de l’invasion russe en Ukraine. Elle fait face à une crise humanitaire importante, accueillant près de 100 000 réfugiés ukrainiens, soit 3,5% de sa population. Le pays connaît aussi des difficultés économiques majeures. “La France nous soutient, mais nous devons regarder vers l’avenir”, explique le ministre.

Un moment “historique” pour l'élargissement européen

“La Moldavie est une démocratie, un pays libre, un pays européen avec une langue européenne, une civilisation européenne, un système politique européen, avance Nicu Popescu. Et pour nous, c'est très, très important d'avancer vers l'Union européenne parce que c'est là qu'on voit notre avenir en tant que pays libre.” Nicu Popescu espère que la France l’aide à accélérer les procédures déjà lancées auprès de Bruxelles.

Il est convaincu que cette guerre en Ukraine fera partie de ces moments historiques qui ont permis des extensions de l’Union européenne et conduira à un nouvel élargissement à l’est : “L’UE s’est cristallisée en réaction à des guerres, comme la Seconde Guerre mondiale ou la guerre des Balkans, analyse-t-il. Dans ce contexte de la guerre en Ukraine, il est important que l’Europe prenne ses responsabilités historiques, en offrant à la Moldavie une perspective européenne plus claire.”

Depuis le début du conflit, l’Union européenne a fourni une aide importante à la Moldavie pour faire face notamment à l’afflux de réfugiés ukrainiens, avec une enveloppe d’au moins 150 millions d’euros. Dans ce contexte, “la France a été très active dans ses décisions et elle continue de nous soutenir, c’est très important pour la stabilité de la Moldavie et du continent”, reconnaît le ministre.

Un besoin de stabilité face aux menaces

Ces aspirations européennes ne sont pas nouvelles mais ont été pressées par la guerre en Ukraine et la menace d’une invasion russe. “Pour le moment, il n’y a pas de menaces immédiates et imminentes pour notre territoire, mais nous préparons tous les scénarios, y compris les plus négatifs”, explique Nicu Popescu, ajoutant que la population moldave ne se sent pas “en sécurité”.

La région séparatiste prorusse de la Transnistrie, à la frontière avec l'Ukraine, est particulièrement scrutée. A la fin du mois d’avril, des explosions y avaient été entendues. Aujourd’hui, la tension est retombée et la situation est “stable” selon le ministre. “Les leaders de cette région ne veulent pas de cette guerre, on discute avec eux pour assurer la paix”, assure-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.