Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : l'Union européenne a gelé près de 40 milliards d'euros d'avoirs russes, selon le commissaire européen Didier Reynders

La semaine dernière, l'Union européenne listait 1 093 personnes visées par une interdiction d'entrer sur le territoire européen et par un gel de leurs avoirs.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, le 30 mars 2022 à Bruxelles (Belgique). (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)

Où en sont les sanctions européennes prises contre l'Ukraine ? Invité de franceinfo lundi 9 mai, le commissaire européen à la Justice Didier Reynders a levé le voile sur une partie de la réponse, qui concerne le gel des avoirs. "On se rapproche des 40 milliards" d'euros de fonds russes gelés, a répondu le membre de la commission d'Ursula von der Leyen. "Une grande part provient de la Banque centrale de Russie, mais on s'approche des 10 milliards d'avoirs gelés pour les oligarques. Ça progresse tous les jours", a-t-il encore développé. 

L'UE a gelé près de 40 milliards d'euros d'avoirs russes, selon le commissaire européen Didier Reynders
L'UE a gelé près de 40 milliards d'euros d'avoirs russes, selon le commissaire européen Didier Reynders L'UE a gelé près de 40 milliards d'euros d'avoirs russes, selon le commissaire européen Didier Reynders

La semaine dernière, l'Union européenne listait 1 093 personnes visées par une interdiction d'entrer sur le territoire européen et par un gel de leurs avoirs. Parmi les personnalités présentes dans cette liste (article en anglais), on trouvait notamment Vladimir Poutine, son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le patron du pétrolier Rosneft, Igor Setchine.

Des hommes d'affaires et des oligarques, comme Roman Abramovitch, y sont aussi inscrits, ainsi que des députés, des membres du Conseil national de sécurité et des hauts fonctionnaires. S'y ajoutent 80 entités accusées d'être liées à la guerre en Ukraine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.