Guerre en Ukraine : "Je n'ai pas de raison d'appeler Vladimir Poutine", affirme Emmanuel Macron sur franceinfo

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France
En marge du sommet pour un nouveau pacte financier mondial, qui se tient à Paris, le président de la République a souligné vendredi sur franceinfo "l'isolement de la Russie" sur la scène internationale.

Emmanuel Macron a jugé vendredi 23 juin sur franceinfo, RFI et France 24 que le Sommet de Paris qui regroupe une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement dans le but de relancer la coopération Nord-Sud pour lutter contre la pauvreté et le réchauffement climatique souligne "l'isolement de la Russie" sur la scène internationale.

>> VIDÉO. Sommet pour un nouveau pacte financier : ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron, invité exceptionnel de franceinfo

Selon le chef de l'Etat, avant de reprendre le dialogue avec Vladimir Poutine sur les enjeux de demain, "il faut d'abord que la Russie arrête la guerre, accepte de respecter le droit international".

Emmanuel Macron ne prévoit pas d'initiative particulière pour renouer le dialogue avec Vladimir Poutine : "Je n'ai pas de raison de l'appeler aujourd'hui. Il y a une contre-offensive ukrainienne. Le temps viendra, je l'espère, de négociations aux conditions de l'Ukraine. Par contre, s'il m'appelle pour proposer quelque chose, je le prendrai parce que la France a toujours été une puissance facilitatrice et de médiation", déclare-t-il.

Le rôle que joue la Russie en Afrique

Le président de la République estime que "la Russie s'est mise de son propre chef dans une situation qui est de ne plus respecter le droit international, de redevenir au fond l'une des seules puissances coloniales du XXIe siècle en menant une guerre d'empire auprès de son voisin, l'Ukraine". Il dénonce le rôle que joue la Russie en Afrique alors que le continent est confronté à une double crise climatique et de la pauvreté : "C'est une puissance de déstabilisation de l'Afrique à travers des milices privées qui viennent faire de la prédation des exactions sur les populations civiles", explique Emmanuel Macron.

"Cela a été documenté par les Nations unies en République centrafricaine à travers la milice Wagner, précise Emmanuel Macron. La Russie ne joue pas un rôle bénéfique pour la communauté internationale".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.