Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 18 novembre

Alors que la neige commence à s'abattre sur le pays, Kiev a demandé "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à la crise énergétique qui secoue le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une coupure d'électricité généralisée à Kiev (Ukraine), le 8 novembre 2022. (SERGII KHARCHENKO / NURPHOTO / AFP)

La neige est tombée et les capacités énergétiques ukrainiennes fondent. "Près de la moitié de notre système énergétique a été mis hors d'état de fonctionner", a déploré le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, vendredi 18 novembre, lors d'une conférence de presse à Kiev.

Une situation qui a contraint le chef du gouvernement à demander "un soutien supplémentaire" de l'Union européenne, alors que les forces russes pillonnent les infrastructures énergétiques ukrainiennes ces dernières semaines pour priver le pays d'électricité à l'approche de l'hiver. Ces attaques privent d'ores et déjà plus de 10 millions de personnes d'électricité, alors que des températures pouvant atteindre -10°C sont attendues dans les prochains jours.

Moscou accuse Kiev de "crime de guerre"

Le ministère de la Défense russe a accusé l'Ukraine d'avoir exécuté "brutalement" plus de 10 militaires "immobilisés", après la publication sur les réseaux sociaux de deux vidéos, présentées comme des images de l'exécution de militaires russes qui venaient de se rendre aux forces ukrainiennes. Moscou dénonce un "meurtre délibéré et méthodique", "avec des tirs directs dans la tête".

Des experts ukrainiens sur le site de l'explosion 

Au lendemain de leur arrivée en Pologne, les experts ukrainiens ont pu accéder à la zone détruite par un missile mardi. Ils "ont commencé leur travail", a annoncé le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba. Selon Varsovie, il est "hautement probable" que le missile provienne de la défense anti-aérienne ukrainienne.

Des travaux de fortification russes en Crimée

La Russie a annoncé qu'elle effectuait des "travaux de fortification" dans la péninsule de Crimée annexée. Cette décision fait suite au repli des soldats russes dans la région ukrainienne voisine de Kherson. Il s'agit de "garantir la sécurité des Criméens", selon le gouverneur installé par Moscou, après l'annexion de la péninsule ukrainienne en 2014.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.