Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 23 mai

Sur le terrain, Kiev a admis que la situation était "extrêmement difficile" dans le Donbass, où Moscou a rassemblé ses forces après avoir échoué à prendre Kiev.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un militaire ukrainien à un poste de contrôle près de la ville de Lysychansk, dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, le 23 mai 2022. (ARIS MESSINIS / AFP)

La journée du lundi 23 mai a été marquée par la première condamnation pour crimes de guerre en Ukraine depuis l'offensive de Moscou, tandis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de son côté réclamé des sanctions internationales "maximum" et la fin de tout commerce avec la Russie.

Vingt pays ont par ailleurs promis de fournir des armes supplémentaires à l'Ukraine. Voici ce qu'il faut retenir de la journée.

Un soldat russe condamné à la prison à vie

A Kiev, le verdict dans le premier procès pour crimes de guerre est tombé. Un soldat russe de 21 ans, Vadim Chichimarine, qui a reconnu avoir tué, au début de l'offensive russe, un civil de 62 ans qui poussait son vélo tout en téléphonant, a été reconnu coupable par un tribunal de la capitale. Il a été condamné à la prison à vie.

Le soldat au visage juvénile et au crâne rasé a écouté le verdict, seul dans un box de verre. "Le meurtre a été commis avec une intention directe", a déclaré le juge, pour qui "Chichimarine a violé les lois et coutumes de la guerre".

Lors du procès la semaine dernière, Vadim Chichimarine avait reconnu avoir abattu le sexagénaire mais avait "demandé pardon" à la veuve de la victime, justifiant son acte par les "ordres" reçus à ce moment-là. Des arguments balayés par l'accusation qui avait réclamé la perpétuité. "Il exécutait un ordre criminel et en était bien conscient", a lancé un des procureurs. Le soldat fera appel de sa condamnation, selon son avocat.

Zelensky plaide pour un isolement quasi-total de la Russie

Dans son intervention diffusée à Davos devant le gratin de l'économie mondiale, dont les Russes ont été exclus cette année, Volodymyr Zelensky a exhorté la communauté internationale à prendre les sanctions "maximum" et à ne plus avoir "aucun commerce avec la Russie". Il a aussi réclamé davantage d'armes pour son pays : "L'Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement de celles qui ont été fournies".

Lors d'une réunion virtuelle du "Groupe de contact pour la défense de l'Ukraine", 44 pays ont discuté lundi de l'assistance militaire à apporter à l'Ukraine. Vingt d'entre eux se sont engagés à fournir des armes supplémentaires à l'Ukraine, et d'autres entraîneront l'armée ukrainienne, a annoncé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin.

L'Ukraine ne peut pas attendre que l'Europe sévisse encore contre Moscou, prévient Kiev

Si les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe, l'Union européenne a du mal à se mettre d'accord sur le sujet, car certains de ses pays membres sont très dépendants du gaz et du pétrole russes.

Au terme d'une réunion infructueuse sur le sujet il y a une semaine à Bruxelles, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a concédé que finaliser le 6e paquet de sanctions contre la Russie prendrait "du temps". Un sommet européen extraordinaire est prévu les 30 et 31 mai.

"Nous comprenons que l'Europe essaye d'estimer le coût que cela va avoir pour son économie. Mais de l'autre côté, il y a l'Ukraine, il y a une vraie guerre", a insisté la ministre ukrainienne de l'Economie Ioulia Svyrydenko, venue elle aussi à Davos. "La Russie veut détruire l'Ukraine (...) et menace le monde de famine. On n'a définitivement pas le temps de faire de l'analyse. Nous avons besoin de couper la Russie du monde civilisé, complètement", a-t-elle martelé.

La situation empire dans le Donbass

Sur le terrain, Kiev a admis que la situation était "extrêmement difficile" dans le Donbass (est), où Moscou, qui y a rassemblé ses forces après avoir échoué à prendre Kiev, bombarde Severodonetsk intensément. "Toutes les forces russes sont concentrées dans les régions de Lougansk et Donetsk", qui forment le Donbass, a affirmé le gouverneur du Lougansk sur Telegram.

Point crucial de cette bataille du Donbass, Severodonetsk, dans la région de Lougansk, est sous le feu de Moscou "24 heures sur 24", s'est indigné le gouverneur. "Ils utilisent la tactique de la terre brûlée, ils détruisent délibérément la ville" avec des bombardements aériens, des lance-roquettes multiples, des mortiers et des chars qui tirent sur les immeubles, a-t-il ajouté.

Le sort de Severodonetsk ressemble à celui de Marioupol (sud-est), qui présente aujourd'hui un paysage apocalyptique après plusieurs semaines de siège. Plusieurs quartiers ne sont qu'un enchevêtrement de tôles et de débris, de barres d'immeubles éventrées par les missiles et les obus.

Le président Zelensky a par ailleurs annoncé que 87 personnes avaient péri dans une attaque russe le 17 mai contre une base militaire dans le nord du pays, selon un nouveau bilan qui en fait l'un des bombardements russes les plus meurtriers depuis le début de la guerre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.