Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 2 mai

Au 68e jour de l'invasion russe, les civils évacués du site sidérurgique d'Azovstal sont attendus lundi soir à Zaporijia.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Image issue d'une vidéo publiée par le ministère russe de la Défense, le 2 mai 2022, montrant des bus transportant des civils évacués du site sidérurgique d'Azovstal, à Marioupol (Ukraine). (RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP)

Des ambassades occidentales reviennent à Kiev, la capitale ukrainienne. Dans le sud-est du pays, les opérations d'évacuation des civils du site sidérurgique d'Azovstal, à Marioupol, se poursuivent. Franceinfo résume les faits marquants du lundi 2 mai.

Les évacués d'Azovstal attendus à Zaporijia

L'Ukraine espère pouvoir continuer à évacuer des civils depuis Marioupol, alors que les forces russes poursuivent leur offensive sur le Donbass. Une centaine de personnes ont déjà été évacuées ce week-end depuis l'immense aciérie Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne de ce port stratégique du sud de l'Ukraine. Elles étaient attendues lundi soir à Zaporijia, ville située à environ 200 km au nord-ouest et toujours sous contrôle ukrainien, même si la ligne de front s'en rapproche.

>> On vous explique où en est l'évacuation de l'usine Azovstal, dernière poche de résistance à Marioupol

Les évacuations, qui ont commencé samedi en coordination entre l'Ukraine, la Russie, l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ont permis, pour la première fois en deux mois de siège et de bombardements de la ville, d'évacuer "plus de 100 civils" terrés dans les caves de l'aciérie Azovstal, avec les derniers combattants ukrainiens, selon le président Volodymyr Zelensky.

Selon l'armée russe, 57 personnes sont parties vers le nord, vers des territoires occupés par les Russes, et 69 vers des territoires contrôlés par les Ukrainiens. La vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a rappelé que "des centaines de civils restent bloqués à Azovstal".

Le retour des diplomates américains à Kiev est espéré "d'ici la fin du mois"

Le retour des diplomates américains à Kiev, la capitale ukrainienne qu'ils avaient quittée mi-février, quelques jours avant le début de l'invasion russe, est espéré "d'ici la fin du mois" de mai, a annoncé la chargée d'affaires américaine Kristina Kvien lors d'une conférence de presse à Lviv, grande ville de l'ouest de l'Ukraine.

"C'est mon premier jour de retour en Ukraine", a-t-elle ajouté, se disant "ravie", tout en précisant qu'elle "allait faire des allers-retours sur la journée pendant une semaine ou peut-être deux". "La priorité est la sécurité du personnel. Si les agents de sécurité nous disent que l'on peut revenir à Kiev, alors nous y retournerons", a assuré Kristina Kvien. "Le message à la Russie est : 'Vous avez échoué'", a-t-elle lancé face à la presse. Et d'ajouter : "Monsieur Poutine a fait une erreur de calcul historique dans son attaque non provoquée et injustifiée."

Le Danemark et la Suède ont annoncé lundi la réouverture de leurs ambassades à Kiev, en signe de soutien à l'Ukraine. Lundi matin, le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a rouvert l'ambassade de son pays dans la capitale ukrainienne, à l'occasion d'une visite surprise dans le pays.

Israël fustige les propos du ministre des Affaires étrangères russe, pour qui "Hitler avait aussi du sang juif"

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, a vivement critiqué les propos de son homologue russe, Sergueï Lavrov. Le président ukrainien Volodymyr "Zelensky fait valoir cet argument : comment le nazisme peut-il être présent [en Ukraine] s'il est lui-même juif ? Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif", avait dit le chef de la diplomatie russe, alors que la Russie a répété vouloir "démilitariser" et "dénazifier" l'Ukraine.

Face à ces propos, Yaïr Lapid a convoqué l'ambassadeur de Russie pour obtenir des "clarifications". De son côté, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a dénoncé l'utilisation de la Shoah comme "outil politique".

L'armée ukrainienne a détruit deux patrouilleurs russes

Deux bateaux de classe Raptor ont été abattus par l'armée ukrainienne à l'aide de drones turcs. Ces patrouilleurs russes font partie des navettes les plus rapides de la marine russe, pouvant atteindre près de 90 km/h à pleine vitesse. Ils peuvent transporter jusqu'à 20 militaires, en plus de l'équipage de trois personnes.

L'île des Serpents, au large de laquelle ils ont été abattus, est située en mer Noire, au sud-ouest de l'Ukraine. Elle est devenue un des emblèmes de la résistance ukrainienne. De son côté, Moscou n'a pas confirmé l'information.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.